Conquête de la coupe Stanley par le Canadien de Montréal

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Après avoir ramené la coupe Stanley à Montréal au printemps 1976, le Canadien se lance à la chasse aux records en 1976-77. Il récolte 60 victoires et amasse 132 points : deux nouvelles marques de la Ligue nationale de hockey (LNH). En séries de la coupe Stanley, les Montréalais défont les Blues de Saint-Louis en quatre parties et les Islanders de New York en six, avant de balayer les Bruins de Boston en quatre rencontres consécutives. L’ailier droit Guy Lafleur
recevra le trophée Conn-Smythe remis au meilleur joueur des séries. Il l’ajoutera à sa collection qui comprend également le trophée Hart (joueur le plus utile) et le trophée Art Ross (champion pointeur de la LNH). S’agit-il de l’équipe la plus dominante de l’histoire de la LNH ? Certains experts le pensent, tout en soulignant que le hockey professionnel, avec ses 29 équipes (LNH et Association mondiale de hockey), présente un produit passablement dilué. Parmi les autres étoiles du Tricolore en 1976-77, soulignons les noms de Larry Robinson, Ken Dryden, Steve Shutt, Serge Savard, Peter Mahovlich et Guy Lapointe.Après avoir ramené la coupe Stanley à Montréal au printemps 1976, le Canadien se lance à la chasse aux records en 1976-77. Il récolte 60 victoires et amasse 132 points : deux nouvelles marques de la Ligue nationale de hockey (LNH). En séries de la coupe Stanley, les Montréalais défont les Blues de Saint-Louis en quatre parties et les Islanders de New York en six, avant de balayer les Bruins de Boston en quatre rencontres consécutives. L’ailier droit Guy Lafleur
recevra le trophée Conn-Smythe remis au meilleur joueur des séries. Il l’ajoutera à sa collection qui comprend également le trophée Hart (joueur le plus utile) et le trophée Art Ross (champion pointeur de la LNH). S’agit-il de l’équipe la plus dominante de l’histoire de la LNH ? Certains experts le pensent, tout en soulignant que le hockey professionnel, avec ses 29 équipes (LNH et Association mondiale de hockey), présente un produit passablement dilué. Parmi les autres étoiles du Tricolore en 1976-77, soulignons les noms de Larry Robinson, Ken Dryden, Steve Shutt, Serge Savard, Peter Mahovlich et Guy Lapointe. Source : Le Devoir, 16 mai 1977, p. A1, A6.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...