Conquête de la coupe Stanley par le Canadien de Montréal

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Avant de vaincre les Rangers, le Canadien élimine tour à tour les Maple Leafs de Toronto, en quatre parties, et les Bruins de Boston. Cette série demi-finale contre les Bruins atteint le nombre limite de sept parties, la seule fois où le Tricolore est poussé à la limite au cours de ses quatre conquêtes de la coupe Stanley entre 1976 et 1979. C’est finalement un but d’Yvon Lambert, marqué en temps supplémentaire, qui permet au Canadien d’accéder à la finale. La série finale s’avère beaucoup plus facile. À sa dernière partie dans l’uniforme tricolore, le joueur de centre enfile deux buts lors de la dernière joute disputée le 21 mai. C’est l’attaquant Bob Gainey qui se mérite le trophée Conn-Smythe, décerné au meilleur joueur des séries. C’est seulement la deuxième fois de l’histoire de la LNH qu’une équipe remporte quatre coupes Stanley consécutives (ce fut le cas du Canadien qui a gagné cinq coupes Stanley entre 1956 et 1960). Au cours des mois qui suivent, le Canadien perdra plusieurs éléments importants, dont l’entraîneur Scotty Bowman, les attaquants Jacques Lemaire et Yvan Cournoyer ainsi que le gardien de but Ken Dryden. Il faudra attendre 1986 avant de voir le Tricolore participer de nouveau à la finale de la coupe Stanley.Avant de vaincre les Rangers, le Canadien élimine tour à tour les Maple Leafs de Toronto, en quatre parties, et les Bruins de Boston. Cette série demi-finale contre les Bruins atteint le nombre limite de sept parties, la seule fois où le Tricolore est poussé à la limite au cours de ses quatre conquêtes de la coupe Stanley entre 1976 et 1979. C’est finalement un but d’Yvon Lambert, marqué en temps supplémentaire, qui permet au Canadien d’accéder à la finale. La série finale s’avère beaucoup plus facile. À sa dernière partie dans l’uniforme tricolore, le joueur de centre enfile deux buts lors de la dernière joute disputée le 21 mai. C’est l’attaquant Bob Gainey qui se mérite le trophée Conn-Smythe, décerné au meilleur joueur des séries. C’est seulement la deuxième fois de l’histoire de la LNH qu’une équipe remporte quatre coupes Stanley consécutives (ce fut le cas du Canadien qui a gagné cinq coupes Stanley entre 1956 et 1960). Au cours des mois qui suivent, le Canadien perdra plusieurs éléments importants, dont l’entraîneur Scotty Bowman, les attaquants Jacques Lemaire et Yvan Cournoyer ainsi que le gardien de but Ken Dryden. Il faudra attendre 1986 avant de voir le Tricolore participer de nouveau à la finale de la coupe Stanley. Source : La Presse, 22 mai 1979, p.1, B1-B4. Le Devoir, 22 mai 1979, B3.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...