Conquête de la coupe Stanley par le Canadien de Montréal

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Les séries de 1971 sont parmi les plus excitantes jamais vues à Montréal. Le Canadien défait d’abord les Bruins de Boston, l’équipe la plus redoutable de la Ligue nationale de hockey (LNH), en sept parties. Il vient ensuite à bout des North Stars de Minnesota, en six parties, avant de disputer la finale aux Black Hawks de Chicago. Des vétérans comme Henri Richard
, Jean Béliveau , John Ferguson, Jean-Claude Tremblay
et Frank Mahovlich jouent un rôle déterminant dans la victoire du Canadien. Mais les séries mettent aussi en évidence de jeunes talents comme le défenseur Guy Lapointe, le centre Peter Mahovlich et le gardien de but Ken Dryden qui recevra le trophée Conn-Smythe remis au joueur par excellence des séries. Entraîneur de l’équipe depuis décembre 1970, Al MacNeil conservera l’étrange distinction d’avoir remporté la coupe Stanley à sa seul saison derrière le banc du Canadien. Cible de plusieurs critiques, dont celles de Henri Richard après la cinquième partie de la série finale, MacNeil sera rétrogradé au poste d’entraîneur des Voyageurs de Halifax, club-école du Canadien. Scotty Bowman lui succédera.Les séries de 1971 sont parmi les plus excitantes jamais vues à Montréal. Le Canadien défait d’abord les Bruins de Boston, l’équipe la plus redoutable de la Ligue nationale de hockey (LNH), en sept parties. Il vient ensuite à bout des North Stars de Minnesota, en six parties, avant de disputer la finale aux Black Hawks de Chicago. Des vétérans comme Henri Richard
, Jean Béliveau , John Ferguson, Jean-Claude Tremblay
et Frank Mahovlich jouent un rôle déterminant dans la victoire du Canadien. Mais les séries mettent aussi en évidence de jeunes talents comme le défenseur Guy Lapointe, le centre Peter Mahovlich et le gardien de but Ken Dryden qui recevra le trophée Conn-Smythe remis au joueur par excellence des séries. Entraîneur de l’équipe depuis décembre 1970, Al MacNeil conservera l’étrange distinction d’avoir remporté la coupe Stanley à sa seul saison derrière le banc du Canadien. Cible de plusieurs critiques, dont celles de Henri Richard après la cinquième partie de la série finale, MacNeil sera rétrogradé au poste d’entraîneur des Voyageurs de Halifax, club-école du Canadien. Scotty Bowman lui succédera. Source : Dan Diamond, Cent ans de coupe Stanley, Montréal, Tormont, 1993, 277 p.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...