Conquête de la coupe Stanley par les Bulldogs de Québec

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

C’est une série de « premières ». La première partie de la série (11 mars), marque en effet la première fois qu’une joute disputée pour la coupe Stanley se déroule en trois périodes de 20 minutes au lieu de deux demies de 30 minutes. Par ailleurs, la seconde rencontre (13 mars) est la première disputée pour la coupe Stanley pendant laquelle les équipes utilisent six joueurs au lieu de sept en même temps sur la patinoire. Soulignons que les Bulldogs sont essentiellement composés de joueurs d’origine irlandaise ou britannique.C’est une série de « premières ». La première partie de la série (11 mars), marque en effet la première fois qu’une joute disputée pour la coupe Stanley se déroule en trois périodes de 20 minutes au lieu de deux demies de 30 minutes. Par ailleurs, la seconde rencontre (13 mars) est la première disputée pour la coupe Stanley pendant laquelle les équipes utilisent six joueurs au lieu de sept en même temps sur la patinoire. Soulignons que les Bulldogs sont essentiellement composés de joueurs d’origine irlandaise ou britannique. Source : Robert A. Styer, The Encyclopedia of Hockey, Cranbury, A.S. Barnes & Co., 1970, 376 pages. Dan Diamond et al., The Official Encyclopedia of the National Hockey League : Total Hockey, Kansas City, Andrews McMeel Publishing, 1998, p.239. François Drouin, « La coupe Stanley à Québec en 1912 », Caps-aux-Diamants, v.1, n.1, printemps 1985, p.20-24.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...