Conquête du championnat du monde de formule 1 par le pilote Jacques Villeneuve

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Après un début de saison explosif, Villeneuve a été rejoint, puis dépassé par Schumacher au classement des conducteurs. Avec un seul Grand Prix à faire au calendrier, ce dernier mène par un seul point, ce qui signifie qu’il n’a qu’à finir devant le Québécois pour obtenir son troisième titre en carrière. La lutte s’annonce serrée, ce qui se confirme en qualifications alors que trois pilotes, dont Villeneuve et Schumacher, réussissent leur meilleur tour en un temps absolument identique. Au départ de la course, Schumacher prend rapidement l’avance. Mais Villeneuve, au volant d’une Williams-Renault, ferme la marge et ataque finalement la Ferrari au 48e tour. Les deux bolides se touchent, une situation que l’on reprochera plus tard à l’Allemand. Certains l’accuseront même d’avoir voulu endommager la voiture de Villeneuve dans une manoeuvre ultime pour empêcher le dépassement. Une fois le choc passé, les enjeux se clarifient. Seul en tête, le Québécois ne peut plus voir Schumacher qui est resté derrière, son véhicule hors de combat. Sachant qu’il n’a plus qu’à compléter l’épreuve pour être sacré champion, Villeneuve ménage sa Williams-Renault et termine troisième, un classement qui lui permet de devenir le premier Canadien à remporter le titre des conducteurs de formule 1. Cette nouvelle soulève un élan d’enthousiasme chez ses compatriotes. Des centaines de milliers d’entre eux ont suivi les péripéties de ce Grand Prix qui, à l’heure du Québec, se déroulait un dimanche matin. Après un début de saison explosif, Villeneuve a été rejoint, puis dépassé par Schumacher au classement des conducteurs. Avec un seul Grand Prix à faire au calendrier, ce dernier mène par un seul point, ce qui signifie qu’il n’a qu’à finir devant le Québécois pour obtenir son troisième titre en carrière. La lutte s’annonce serrée, ce qui se confirme en qualifications alors que trois pilotes, dont Villeneuve et Schumacher, réussissent leur meilleur tour en un temps absolument identique. Au départ de la course, Schumacher prend rapidement l’avance. Mais Villeneuve, au volant d’une Williams-Renault, ferme la marge et ataque finalement la Ferrari au 48e tour. Les deux bolides se touchent, une situation que l’on reprochera plus tard à l’Allemand. Certains l’accuseront même d’avoir voulu endommager la voiture de Villeneuve dans une manoeuvre ultime pour empêcher le dépassement. Une fois le choc passé, les enjeux se clarifient. Seul en tête, le Québécois ne peut plus voir Schumacher qui est resté derrière, son véhicule hors de combat. Sachant qu’il n’a plus qu’à compléter l’épreuve pour être sacré champion, Villeneuve ménage sa Williams-Renault et termine troisième, un classement qui lui permet de devenir le premier Canadien à remporter le titre des conducteurs de formule 1. Cette nouvelle soulève un élan d’enthousiasme chez ses compatriotes. Des centaines de milliers d’entre eux ont suivi les péripéties de ce Grand Prix qui, à l’heure du Québec, se déroulait un dimanche matin. Source : La Presse, 27 octobre 1997, p.A1, S1-S7. Renaud de Laborderie, Le livre d’or de la Formule 1, 1997, Paris, Solar, 1997, 143 p.

Voir en ligne : http://www.bilan.usherbrooke.ca/bil...