Constitution du Rassemblement pour l’indépendance nationale en parti politique

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

C’est à l’unanimité, moins une voix, que les 65 délégués décident d’appuyer cette importante proposition. Le président du RIN, Guy Pouliot, profite de l’occasion pour lancer une charge contre la Confédération et la haute finance qui, selon lui, sont liées étroitement au chômage que connaît le Québec. Confiant que le RIN saura bientôt se rallier la faveur des électeurs, Pouliot déclare : « ..ce qui fait la particularité de la situation actuelle du Québec, c’est la transition de la première étape de la révolution pacifique, qui a fait douter les milieux les plus conscients de la population de la rentabilité du système confédératif, à sa deuxième étape qui doit ultimement (sic) donner le pouvoir aux patriotes québécois. » Le RIN participera à sa première élection générale en 1966. C’est à l’unanimité, moins une voix, que les 65 délégués décident d’appuyer cette importante proposition. Le président du RIN, Guy Pouliot, profite de l’occasion pour lancer une charge contre la Confédération et la haute finance qui, selon lui, sont liées étroitement au chômage que connaît le Québec. Confiant que le RIN saura bientôt se rallier la faveur des électeurs, Pouliot déclare : « ..ce qui fait la particularité de la situation actuelle du Québec, c’est la transition de la première étape de la révolution pacifique, qui a fait douter les milieux les plus conscients de la population de la rentabilité du système confédératif, à sa deuxième étape qui doit ultimement (sic) donner le pouvoir aux patriotes québécois. » Le RIN participera à sa première élection générale en 1966. Source : Le Devoir, 4 mars 1963, p.1, 5 et 8.

Voir en ligne : http://www.bilan.usherbrooke.ca/bil...