Création d’un nouveau parti indépendantiste

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Le RN se propose d’unir les néo-nationalistes et les nationalistes traditionnels en vue de la conquête pacifique de l’indépendance du Québec. Il s’oppose en particulier au Rassemblement pour l’indépendance nationale (RIN) et à son président, Pierre Bourgault
. Lors de l’élection générale du 5 juin 1966, le RN recueillera 3,2 % des voix. « La lutte que le Regroupement national a entrepris pour ouvrir les yeux de la nation à la nécessité de son indépendance politique, est un premier pas positif et une contribution directe à l’élaboration de notre avenir national (...) Les partis traditionnels devront (...) modifier leur propagande en raison de (...) l’évolution psychologique du peuple, pour lui offrir une nourriture plus substantielle que dans le passé. « Québec libre » « est un modeste essai dans ce sens. Les considérations qu’il apporte sur l’aspect philosophique de l’indépendance du Québec, du patriotisme, du marxisme en tant qu’opposés au patriotisme, sur l’identité de l’homme québécois, son strabisme politique, et la continuité historique à laquelle s’aspire, veulent aider le citoyen à mieux motiver ses options politiques. Mais ces considérations ne prétendent pas épuiser les sujets traités. »Le RN se propose d’unir les néo-nationalistes et les nationalistes traditionnels en vue de la conquête pacifique de l’indépendance du Québec. Il s’oppose en particulier au Rassemblement pour l’indépendance nationale (RIN) et à son président, Pierre Bourgault
. Lors de l’élection générale du 5 juin 1966, le RN recueillera 3,2 % des voix. « La lutte que le Regroupement national a entrepris pour ouvrir les yeux de la nation à la nécessité de son indépendance politique, est un premier pas positif et une contribution directe à l’élaboration de notre avenir national (...) Les partis traditionnels devront (...) modifier leur propagande en raison de (...) l’évolution psychologique du peuple, pour lui offrir une nourriture plus substantielle que dans le passé. « Québec libre » « est un modeste essai dans ce sens. Les considérations qu’il apporte sur l’aspect philosophique de l’indépendance du Québec, du patriotisme, du marxisme en tant qu’opposés au patriotisme, sur l’identité de l’homme québécois, son strabisme politique, et la continuité historique à laquelle s’aspire, veulent aider le citoyen à mieux motiver ses options politiques. Mais ces considérations ne prétendent pas épuiser les sujets traités. » Source : René Jutras, Québec libre, Montréal, Éditions Actualité, 1965, 93 pages.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...