Création de l’Union paysanne à Saint-Germain-de-Kamouraska

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

L’Union paysanne, un syndicat nouvellement créé, se veut le porte-parole de tous les citoyens. Elle accorde à chacun d’eux les mêmes droits et les mêmes pouvoirs. Ses revendications auprès du gouvernement visent une révision des programmes d’aide afin de favoriser les petites fermes familiales et non plus seulement les grandes entreprises. L’Union réclame d’ailleurs le droit de siéger sur tous les organismes de gestion en agriculture, au même niveau que l’Union des producteurs agricoles (UPA), syndicat ayant le monopole dans ce secteur d’activité. L’Union paysanne est d’ailleurs prête à se rendre jusqu’à la Commission des droits de l’Homme, à Genève, pour faire entendre sa voix. Cette nouvelle organisation espère doubler le nombre de ses membres d’ici un an pour le porter à 2 000. Elle souhaite de plus voir naître des conseils régionaux dans chacune des régions administratives du Québec.L’Union paysanne, un syndicat nouvellement créé, se veut le porte-parole de tous les citoyens. Elle accorde à chacun d’eux les mêmes droits et les mêmes pouvoirs. Ses revendications auprès du gouvernement visent une révision des programmes d’aide afin de favoriser les petites fermes familiales et non plus seulement les grandes entreprises. L’Union réclame d’ailleurs le droit de siéger sur tous les organismes de gestion en agriculture, au même niveau que l’Union des producteurs agricoles (UPA), syndicat ayant le monopole dans ce secteur d’activité. L’Union paysanne est d’ailleurs prête à se rendre jusqu’à la Commission des droits de l’Homme, à Genève, pour faire entendre sa voix. Cette nouvelle organisation espère doubler le nombre de ses membres d’ici un an pour le porter à 2 000. Elle souhaite de plus voir naître des conseils régionaux dans chacune des régions administratives du Québec. Source : Le Devoir, 1er et 2 décembre 2001, p.A6.

Voir en ligne : http://bilan3.usherbrooke.ca/bilan/...