Dans la série « Là où me mènent mes ânes » (15)

, par Jean Provencher

Un poème du romancier et nouvelliste français Léon Cladel. Mon âne Il avait sur l’échine une croix pour blason ! Poussif, galeux, arqué, chauve et la dent pourrie, Squelette, on le traînait, hélas, à la voirie. Je l’achetai cent sous ; il loge en ma maison. Sa langue avec amour épile ma prairie Et son […]

Voir en ligne : http://jeanprovencher.com/2016/12/0...