De Jacques Brault, extrait de « Mémoire »

, par Jean Provencher

Ce pays que j’aime dans la gêne du silence ô mon amour mon amour je n’ai pour toi que cette dérision de chansonnette je n’ai pas de nom pour toi et qui sonne clair et fringant lorsque le petit matin piaffe dans la rue je n’ai pas le soir de nom idiot et tendre à […]

Voir en ligne : http://jeanprovencher.com/2017/12/2...