De grands feux à l’automne 1887

, par Jean Provencher

À compter du 27 septembre 1887, après de longues semaines sans pluie, les forêts brûlent sur les deux rives du Saint-Laurent. Pour voyager, il faut vraiment oublier le bateau et se rabattre sur le train. Voici cette nouvelle en provenance de Sorel dans La Patrie du 1er octobre 1887. Attention : style laborieux. Le vapeur « Chambly », […]

Voir en ligne : http://jeanprovencher.com/2016/10/2...