De l’origine d’une collection, Wilfrid Richard et les siens, sculpteurs animaliers

Bernard Genest
| :
En 2014, Bernard Genest cédait au Musée de la civilisation du Québec une collection de sculptures animalières provenant pour une bonne part de Wilfrid Richard (1894-1994), l’un des maîtres de l’art populaire au Québec. Dans son article, l’auteur fait un retour sur les circonstances de sa rencontre avec l’artiste et sur ce qui l’a amené à entreprendre sa démarche de collectionnement. Persuadé qu’il était en présence d’artefacts qui allaient échapper au patrimoine québécois, il entama au début des années 1970 un long processus d’enquête. Au fil du temps, il allait réaliser que Wilfrid Richard était le maillon d’une chaîne de transmission d’une tradition s’étalant sur quatre générations. L’auteur dresse un portrait sommaire des membres de la famille qui, à travers une production distinctive mais dont la filiation est évidente, ont contribué à la construction d’un corpus reconnu par la Commission canadienne d’examen des exportations des biens culturels comme d’intérêt exceptionnel et d’importance nationale. Aux yeux du collectionneur, les oeuvres ainsi rassemblées devaient revenir à la population plutôt que d’être dispersées à travers le Québec, le Canada ou les États-Unis.
| :
In 2014, Bernard Genest offered to the Museum of Civilization in Québec City a collection of animal sculptures produced mostly by Wilfrid Richard (1894-1994), one of Québec’s masters of folk art. In this article, the author describes the circumstances of his meeting with the artist and explains what led him to undertake a collecting process. Convinced that he was in the presence of heritage artifacts that would be lost to Québec society, he began an in-depth research process in the early 1970s. Over time, he would realize that Wilfrid Richard was but one of the links in a family tradition that spanned four generations. The author sketches a picture of the members of this family, whose works each had distinct characteristics, while possessing obvious commonalities. Taken together, their body of works has been recognized by the Canadian Cultural Property Export Review Board as having national significance because of its exceptional qualities. In the eyes of the collector, these collected works should return to the people, rather than be dispersed throughout Québec, Canada or the United States.

Voir en ligne : http://id.erudit.org/iderudit/1051327ar

Dans la même rubrique