Débat sur le caractère confessionnel des commissions scolaires du Québec

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Selon la Commission des droits de la personne : « en déconfessionnalisant les commissions scolaires, le gouvernement va dans la bonne direction. » Cette mesure ne contrevient pas à la liberté de conscience et de religion. « Il est en effet inacceptable », selon la commission, « dans le contexte social actuel où l’accent est mis sur l’acceptation du pluralisme culturel et religieux, que le système d’éducation publique proposé perpétue la préférence accordée à deux confessions religieuses en permettant que soient créées des écoles publiques confessionnelles. » Pour sa part, le ministre de l’Éducation, Claude Ryan
, réitère sa volonté de préserver le caractère confessionnel de l’école au Québec.Selon la Commission des droits de la personne : « en déconfessionnalisant les commissions scolaires, le gouvernement va dans la bonne direction. » Cette mesure ne contrevient pas à la liberté de conscience et de religion. « Il est en effet inacceptable », selon la commission, « dans le contexte social actuel où l’accent est mis sur l’acceptation du pluralisme culturel et religieux, que le système d’éducation publique proposé perpétue la préférence accordée à deux confessions religieuses en permettant que soient créées des écoles publiques confessionnelles. » Pour sa part, le ministre de l’Éducation, Claude Ryan
, réitère sa volonté de préserver le caractère confessionnel de l’école au Québec. Source : Le Devoir, 20 mai 1988, p.1 et 12.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...