Débat sur un projet de loi pour assurer le progrès de l’éducation

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

L’objectif du projet de loi 48 est d’effacer complètement la dette des commissions scolaires qui s’élève à 90 millions de dollars. Comme le mentionne le conseiller législatif Thomas Chapais : « Le bill des écoles a pour objet de venir en aide aux commissions scolaires du Québec dont la situation financière est dans un état déplorable (...) Le gouvernement propose de faire contribuer à un fond spécial d’éducation l’Hydro-Québec (d’une somme de deux millions par année), les compagnies d’utilité publique et celles qui exploitent les ressources naturelles de la province du Québec (...) Ce bill a aussi l’avantage de sauvegarder l’autonomie provinciale en matière d’éducation. En somme, c’est un projet sérieux, une mesure génératrice de progrès, c’est une ascenssion vers les sommets et j’en propose la deuxième lecture. »L’objectif du projet de loi 48 est d’effacer complètement la dette des commissions scolaires qui s’élève à 90 millions de dollars. Comme le mentionne le conseiller législatif Thomas Chapais : « Le bill des écoles a pour objet de venir en aide aux commissions scolaires du Québec dont la situation financière est dans un état déplorable (...) Le gouvernement propose de faire contribuer à un fond spécial d’éducation l’Hydro-Québec (d’une somme de deux millions par année), les compagnies d’utilité publique et celles qui exploitent les ressources naturelles de la province du Québec (...) Ce bill a aussi l’avantage de sauvegarder l’autonomie provinciale en matière d’éducation. En somme, c’est un projet sérieux, une mesure génératrice de progrès, c’est une ascenssion vers les sommets et j’en propose la deuxième lecture. » Source : Le Devoir, 18 avril 1946, p.4.

Voir en ligne : http://bilan3.usherbrooke.ca/bilan/...