Début d&#8217 ;une grève à l&#8217 ;aluminerie ABI de Bécancour

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Les deux parties sont en conciliation depuis le mois d&#8217 ;avril. La compagnie offre des augmentations salariales de l&#8217 ;ordre de 11,4 % sur quatre ans mais, comme l&#8217 ;explique le président du syndicat, Clément Massé, ce n&#8217 ;est pas l&#8217 ;item qui fait achopper les négociations : « Notre bataille principale n&#8217 ;est pas liée aux salaires. Ce qu&#8217 ;on craint, plus que tout, c&#8217 ;est qu&#8217 ;avec les modifications apportées par Jean Charest (le premier ministre du Québec) aux lois du travail, Alcoa risque de tout faire pour transférer un maximum de postes à la sous-traitance. » Premier producteur mondial d&#8217 ;aluminium, l&#8217 ;entreprise américaine Alcoa détient 75 % de l&#8217 ;usine ABI, le reste appartenant à Alcan. Une centaine de cadres tentent de poursuivre la production de l&#8217 ;usine, mais celle-ci devra interrompre éventuellement ses opérations si une entente ne survient pas. L&#8217 ;aluminerie ABI est le principal employeur de Bécancour. Le conflit prendra fin le 22 novembre 2004, à la suite d’un vote de retour au travail qui recevra l’appui de 80 % des travailleurs. Les points litigieux font l’objet de compromis de part et d’autres et le travail reprendra dans les jours qui suivront le vote.Les deux parties sont en conciliation depuis le mois d&#8217 ;avril. La compagnie offre des augmentations salariales de l&#8217 ;ordre de 11,4 % sur quatre ans mais, comme l&#8217 ;explique le président du syndicat, Clément Massé, ce n&#8217 ;est pas l&#8217 ;item qui fait achopper les négociations : « Notre bataille principale n&#8217 ;est pas liée aux salaires. Ce qu&#8217 ;on craint, plus que tout, c&#8217 ;est qu&#8217 ;avec les modifications apportées par Jean Charest (le premier ministre du Québec) aux lois du travail, Alcoa risque de tout faire pour transférer un maximum de postes à la sous-traitance. » Premier producteur mondial d&#8217 ;aluminium, l&#8217 ;entreprise américaine Alcoa détient 75 % de l&#8217 ;usine ABI, le reste appartenant à Alcan. Une centaine de cadres tentent de poursuivre la production de l&#8217 ;usine, mais celle-ci devra interrompre éventuellement ses opérations si une entente ne survient pas. L&#8217 ;aluminerie ABI est le principal employeur de Bécancour. Le conflit prendra fin le 22 novembre 2004, à la suite d’un vote de retour au travail qui recevra l’appui de 80 % des travailleurs. Les points litigieux font l’objet de compromis de part et d’autres et le travail reprendra dans les jours qui suivront le vote. Source : Le Devoir, 9 juillet 2004, p.A7 ; 23 novembre 2004, p.B3. La Presse, 9 juillet 2004, p.A3 ; 23 novembre 2004, p.A12.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...