Début d’une quinzaine glorieuse pour les olympiens québécois aux Jeux de Lillehammer

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Le 15 février, les Canadiens remportent une première médaille, le bronze, lors des compétitions de patinage artistique. La troisième place de la paire formée de Lloyd Eisler et Isabelle Brasseur couronne deux magnifiques carrières. Le lendemain, le 16, Jean-Luc Brassard
obtient la médaille d’or en ski acrobatique, à l’épreuve des bosses. Champion du monde de cette discipline en 1993, Brassard n’a que 21 ans. Ce succès québécois est rapidement suivi par un autre, celui de la biathlète Myriam Bédard
qui termine première à l’épreuve de 15 kilomètres. Ce triomphe permet d’initier les profanes au biathlon, un sport qui combine ski de fond et tir à la carabine. Le 23 février, Bédard participe à une deuxième épreuve, celle de 7,5 kilomètres. La course est serrée jusqu’à la toute fin, mais la Québécoise arrache le morceau grâce à un sprint étourdissant. Déjà honorée à plusieurs reprises aux championnats du monde, Bédard devient, avec ce doublé olympique, la vedette canadienne des Jeux. La même journée, le relais féminin du Canada en patinage de vitesse sur courte piste obtient une deuxième position au 3 000 mètres. La course met en évidence le brio de Sylvie Daigle et Nathalie Lambert
, deux vétérans de ces épreuves sur courte piste. La relève se manifeste aussi avec la médaille de bronze de Marc Gagnon sur 1 000 mètres. Le 24 février, l’attention est centrée sur l’épreuve de saut à ski acrobatique. Le Canada possède une tradition d’excellence dans cette discipline qui est reconnue officiellement pour la première fois aux Jeux. Philippe Laroche et Lloyd Langlois, deux pionniers de ce sport, ajoutent à leurs palmarès en remportant respectivement l’argent et le bronze. Derrière eux, Nicolas Fontaine, le médaillé de bronze des Jeux d’Albertville, en démonstration, se classe au sixième rang. En tout, les Canadiens enlèvent 12 médailles à Lillehammer, une performance étincelante à laquelle les athlètes québécois ont largement contribué.Le 15 février, les Canadiens remportent une première médaille, le bronze, lors des compétitions de patinage artistique. La troisième place de la paire formée de Lloyd Eisler et Isabelle Brasseur couronne deux magnifiques carrières. Le lendemain, le 16, Jean-Luc Brassard
obtient la médaille d’or en ski acrobatique, à l’épreuve des bosses. Champion du monde de cette discipline en 1993, Brassard n’a que 21 ans. Ce succès québécois est rapidement suivi par un autre, celui de la biathlète Myriam Bédard
qui termine première à l’épreuve de 15 kilomètres. Ce triomphe permet d’initier les profanes au biathlon, un sport qui combine ski de fond et tir à la carabine. Le 23 février, Bédard participe à une deuxième épreuve, celle de 7,5 kilomètres. La course est serrée jusqu’à la toute fin, mais la Québécoise arrache le morceau grâce à un sprint étourdissant. Déjà honorée à plusieurs reprises aux championnats du monde, Bédard devient, avec ce doublé olympique, la vedette canadienne des Jeux. La même journée, le relais féminin du Canada en patinage de vitesse sur courte piste obtient une deuxième position au 3 000 mètres. La course met en évidence le brio de Sylvie Daigle et Nathalie Lambert
, deux vétérans de ces épreuves sur courte piste. La relève se manifeste aussi avec la médaille de bronze de Marc Gagnon sur 1 000 mètres. Le 24 février, l’attention est centrée sur l’épreuve de saut à ski acrobatique. Le Canada possède une tradition d’excellence dans cette discipline qui est reconnue officiellement pour la première fois aux Jeux. Philippe Laroche et Lloyd Langlois, deux pionniers de ce sport, ajoutent à leurs palmarès en remportant respectivement l’argent et le bronze. Derrière eux, Nicolas Fontaine, le médaillé de bronze des Jeux d’Albertville, en démonstration, se classe au sixième rang. En tout, les Canadiens enlèvent 12 médailles à Lillehammer, une performance étincelante à laquelle les athlètes québécois ont largement contribué. Source : La Presse, 25 février 1994, p.C2, 28 février 1994, p.B1 et S12. Michel Marois et Bernard Brault, Les Québécois à Lillehammer, Montréal, Éd. de l’Homme, 1994, 126 p.

Voir en ligne : http://www.bilan.usherbrooke.ca/bil...