Début de la grève du textile à Louiseville

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

La compagnie acceptera en presque totalité les demandes faites de la part du personnel par l’intermédiaire du syndicat national catholique du textile de Louiseville affilié à la Confédération des travailleurs catholiques du Canada (CTCC). Ainsi, les ouviers obtiennent une augmentation générale de 5 cents l’heure, hausse qui s’élève à 8 cents pour les gareurs et les ouvriers à la pièce. L’augmentation salariale est rétroactive au premier juin, ce qui permettra à chaque employé de toucher 110 $.La compagnie acceptera en presque totalité les demandes faites de la part du personnel par l’intermédiaire du syndicat national catholique du textile de Louiseville affilié à la Confédération des travailleurs catholiques du Canada (CTCC). Ainsi, les ouviers obtiennent une augmentation générale de 5 cents l’heure, hausse qui s’élève à 8 cents pour les gareurs et les ouvriers à la pièce. L’augmentation salariale est rétroactive au premier juin, ce qui permettra à chaque employé de toucher 110 $. Source : Le Devoir, 29 septembre 1947, p.2.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...