Début de la première Conférence de Québec

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Le premier ministre Churchill arrive à Québec le 11 août, accompagné de sa fille Mary et de sa femme Clementine. Il rencontre à cette occasion le premier ministre du Québec, Adélard Godbout
, et son cabinet, à qui il adresse la parole en français et en anglais. Le président américain, Franklin Delano Roosevelt, arrive pour sa part dans la Vieille Capitale le 18 août. Le but de la rencontre est de conclure une entente sur un prochain débarquement des troupes alliées en Europe. Il s’agit surtout de coordonner les activités liées à ce débarquement et d’en décider le commandement. Roosevelt et Churchill s’entendent sur le choix du général Dwight Eisenhower, protégé de Roosevelt, pour diriger les opérations. Par ce choix, le contrôle de la guerre passe aux mains des Américains. Au cours de ces quelques jours, d’autres personnalités prennent part à la conférence, dont le secrétaire d’État américain, Cordell Hull, et le secrétaire britannique aux Affaires étrangères, Anthony Eden. Le premier ministre canadien William Lyon Mackenzie King
, l’hôte de la rencontre, est à Québec pendant la durée des discussions. Le 23 août, il participe avec Churchill à un défilé motorisé dans les rues de la ville. Le sommet prend fin le 24 avec une conférence de presse à laquelle une meute de journalistes participent. Roosevelt part ensuite pour Ottawa, alors que Churchill restera encore un peu de temps à Québec.Le premier ministre Churchill arrive à Québec le 11 août, accompagné de sa fille Mary et de sa femme Clementine. Il rencontre à cette occasion le premier ministre du Québec, Adélard Godbout
, et son cabinet, à qui il adresse la parole en français et en anglais. Le président américain, Franklin Delano Roosevelt, arrive pour sa part dans la Vieille Capitale le 18 août. Le but de la rencontre est de conclure une entente sur un prochain débarquement des troupes alliées en Europe. Il s’agit surtout de coordonner les activités liées à ce débarquement et d’en décider le commandement. Roosevelt et Churchill s’entendent sur le choix du général Dwight Eisenhower, protégé de Roosevelt, pour diriger les opérations. Par ce choix, le contrôle de la guerre passe aux mains des Américains. Au cours de ces quelques jours, d’autres personnalités prennent part à la conférence, dont le secrétaire d’État américain, Cordell Hull, et le secrétaire britannique aux Affaires étrangères, Anthony Eden. Le premier ministre canadien William Lyon Mackenzie King
, l’hôte de la rencontre, est à Québec pendant la durée des discussions. Le 23 août, il participe avec Churchill à un défilé motorisé dans les rues de la ville. Le sommet prend fin le 24 avec une conférence de presse à laquelle une meute de journalistes participent. Roosevelt part ensuite pour Ottawa, alors que Churchill restera encore un peu de temps à Québec. Source : La Presse, 11 août 1943, p.1, 18 août 1943, p.1, 19 août 1943, p.1 et 10, et 25 août 1943, p.1 et 19.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...