Début de la visite du pape Jean-Paul II au Québec

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

À son arrivée à l’aéroport de l’Ancienne-Lorette, Jean-Paul II est accueilli par de nombreux dignitaires dont le gouverneur-général du Canada, Jeanne Sauvé, et les membres supérieurs de la hiérarchie religieuse québécoise. Au cours du discours qu’il livre à cette occasion, il déclare notamment : « Ce n’est pas en homme d’État que je viens vous visiter (...) Je suis parmi vous pour partager le pain et la parole, pour partager l’espérance (...) J’ai des questions à vous poser et j’aimerais aussi entendre les vôtres. Je veux vous parler des problèmes de ce temps concernant la culture, la communauté, la technologie, la famille, le partage, la justice. » Même si la pratique religieuse est en baisse au Québec depuis plusieurs années, la présence du pape fait déplacer des foules impressionnantes. Lors d’un défilé dans les rues de Québec, des dizaines de milliers de fidèles se massent le long des rues pour voir passer le souverain pontife à bord du véhicule auquel on a donné le nom de « papamobile ». Une foule évaluée à 275 000 personnes se déplace ensuite pour assister à une messe en plein air qui se déroule à l’Université Laval. La visite se poursuit à Sainte-Anne-de-Beaupré, où Jean-Paul II livre un message d’appui aux nations autochtones, et au Cap-de-la-Madeleine. Une messe tenue au parc Jarry -on en profite pour béatifier Marie-Léonie (1840-1912)-, une parade dans les rues de la ville et un grand rassemblement de jeunes au stade du parc olympique sont les moments forts du passage du pape à Montréal. Celui-ci quitte le Québec le 12 septembre en direction de Terre-Neuve. En tout, Jean-Paul II passera 11 jours au Canada. C’était la première fois qu’un pape effectuait un voyage au Québec.À son arrivée à l’aéroport de l’Ancienne-Lorette, Jean-Paul II est accueilli par de nombreux dignitaires dont le gouverneur-général du Canada, Jeanne Sauvé, et les membres supérieurs de la hiérarchie religieuse québécoise. Au cours du discours qu’il livre à cette occasion, il déclare notamment : « Ce n’est pas en homme d’État que je viens vous visiter (...) Je suis parmi vous pour partager le pain et la parole, pour partager l’espérance (...) J’ai des questions à vous poser et j’aimerais aussi entendre les vôtres. Je veux vous parler des problèmes de ce temps concernant la culture, la communauté, la technologie, la famille, le partage, la justice. » Même si la pratique religieuse est en baisse au Québec depuis plusieurs années, la présence du pape fait déplacer des foules impressionnantes. Lors d’un défilé dans les rues de Québec, des dizaines de milliers de fidèles se massent le long des rues pour voir passer le souverain pontife à bord du véhicule auquel on a donné le nom de « papamobile ». Une foule évaluée à 275 000 personnes se déplace ensuite pour assister à une messe en plein air qui se déroule à l’Université Laval. La visite se poursuit à Sainte-Anne-de-Beaupré, où Jean-Paul II livre un message d’appui aux nations autochtones, et au Cap-de-la-Madeleine. Une messe tenue au parc Jarry -on en profite pour béatifier Marie-Léonie (1840-1912)-, une parade dans les rues de la ville et un grand rassemblement de jeunes au stade du parc olympique sont les moments forts du passage du pape à Montréal. Celui-ci quitte le Québec le 12 septembre en direction de Terre-Neuve. En tout, Jean-Paul II passera 11 jours au Canada. C’était la première fois qu’un pape effectuait un voyage au Québec. Source : La Presse, 10 septembre 1984, p.1, A2, B1-B6, 11 septembre 1984, p.1, A2, A10-A15, 12 septembre 1984, p.1, A2-A5 et A7, A9-A20, 13 septembre 1984, p.1, A2-A5, A10-A11.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...