Début des audiences de la Commission royale d’enquête fédérale sur les transports

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

L’enquête étudie particulièrement les problèmes de transport ferroviaire dans les prairies. Cette commission a pour mandat « de faire enquête sur les besoins des collectivités en matière d’infrastructure ferroviaire et l’attitude probable des producteurs et des exploitants d’élévateurs face à l’évolution de la conjoncture, aux fins de présenter les recommandations sur la vocation (...) du réseau ferroviaire. » Les recommandations devront permettre de prendre les décisions suivantes : « 1-L’affectation de certaines lignes au réseau de base devant être protégé jusqu’à l’an 2000 ; 2- Le maintien du service de certaines lignes pendant une période déterminée, afin de permettre la réalisation des perfectionnements prévus ; 3- Le maintien en service de certaines lignes pendant une période à déterminer, pour faciliter l’adaptation régionale et permettre la réalisation des programmes connexes d’infrastructure ; 4- L’insertion de certaines lignes ou tronçons (...) dans un réseau plus rationnel ; 5- La levée de l’interdiction d’abandon de certaines lignes à une date devant être déterminée (en vertu) de la Loi des chemins de fer. »L’enquête étudie particulièrement les problèmes de transport ferroviaire dans les prairies. Cette commission a pour mandat « de faire enquête sur les besoins des collectivités en matière d’infrastructure ferroviaire et l’attitude probable des producteurs et des exploitants d’élévateurs face à l’évolution de la conjoncture, aux fins de présenter les recommandations sur la vocation (...) du réseau ferroviaire. » Les recommandations devront permettre de prendre les décisions suivantes : « 1-L’affectation de certaines lignes au réseau de base devant être protégé jusqu’à l’an 2000 ; 2- Le maintien du service de certaines lignes pendant une période déterminée, afin de permettre la réalisation des perfectionnements prévus ; 3- Le maintien en service de certaines lignes pendant une période à déterminer, pour faciliter l’adaptation régionale et permettre la réalisation des programmes connexes d’infrastructure ; 4- L’insertion de certaines lignes ou tronçons (...) dans un réseau plus rationnel ; 5- La levée de l’interdiction d’abandon de certaines lignes à une date devant être déterminée (en vertu) de la Loi des chemins de fer. » Source : Commission royale d’enquête sur les transports, Mémoire du gouvernement de la province de Québec, s.l., s.n., 1960, 102 p.

Voir en ligne : http://www.bilan.usherbrooke.ca/bil...