Début des célébrations de la Saint-Jean-Baptiste sur le Mont-Royal

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Après le succès de la Saint-Jean-Baptiste de 1975, les organisateurs s’assurent de présenter aux Montréalais une programmation de qualité. La foule massée devant la grande scène du lac des Castors assiste à un spectacle d’envergure intitulé les « 5 Jean-Baptiste ». Il met en vedette cinq grands noms de l’industrie du spectacle québécois : Jean-Pierre Ferland
, Yvon Deschamps
, Claude Léveillée
, Robert Charlebois et Gilles Vigneault. Le président des Fêtes de la Saint-Jean, Jacques Normand, se réjouira du succès de cette soirée. Le spectacle du lendemain est également une réussite alors que Gaston Brisson, Pauline Julien
, Claude Gauthier et Raymond Lévesque
se chargent de divertir la foule estimée à 100 000 personnes. Le 25, c’est au tour de Jean Lapointe, Louise Forestier et Plume Latraverse de se produire alors que le 26, les groupes Harmonium, Beau Dommage, Contraction et Octobre sont réunis sur une même scène avec d’autres musiciens -Richard Séguin, Raoul Duguay, etc.- dans le cadre d’un spectacle intitulé « Ok nous v’la ». Cette soirée laissera un souvenir durable dans la mémoire des centaines de milliers de personnes qui y assistent. Le journaliste de « La Presse » en fait la description suivante : « Des gens trempés jusqu’aux os qui ne semblaient même pas réaliser qu’un fleuve leur coulait dans la face, des gens trempés jusqu’aux os qui criaient de joie en tapant des mains. » Pour plusieurs, cette célébration de la Saint-Jean-Baptiste, qui survient quelques mois avant l’élection du Parti québécois, constitue un des moments forts de la montée du nationalisme qui survient au cours des années 70. Après le succès de la Saint-Jean-Baptiste de 1975, les organisateurs s’assurent de présenter aux Montréalais une programmation de qualité. La foule massée devant la grande scène du lac des Castors assiste à un spectacle d’envergure intitulé les « 5 Jean-Baptiste ». Il met en vedette cinq grands noms de l’industrie du spectacle québécois : Jean-Pierre Ferland
, Yvon Deschamps
, Claude Léveillée
, Robert Charlebois et Gilles Vigneault. Le président des Fêtes de la Saint-Jean, Jacques Normand, se réjouira du succès de cette soirée. Le spectacle du lendemain est également une réussite alors que Gaston Brisson, Pauline Julien
, Claude Gauthier et Raymond Lévesque
se chargent de divertir la foule estimée à 100 000 personnes. Le 25, c’est au tour de Jean Lapointe, Louise Forestier et Plume Latraverse de se produire alors que le 26, les groupes Harmonium, Beau Dommage, Contraction et Octobre sont réunis sur une même scène avec d’autres musiciens -Richard Séguin, Raoul Duguay, etc.- dans le cadre d’un spectacle intitulé « Ok nous v’la ». Cette soirée laissera un souvenir durable dans la mémoire des centaines de milliers de personnes qui y assistent. Le journaliste de « La Presse » en fait la description suivante : « Des gens trempés jusqu’aux os qui ne semblaient même pas réaliser qu’un fleuve leur coulait dans la face, des gens trempés jusqu’aux os qui criaient de joie en tapant des mains. » Pour plusieurs, cette célébration de la Saint-Jean-Baptiste, qui survient quelques mois avant l’élection du Parti québécois, constitue un des moments forts de la montée du nationalisme qui survient au cours des années 70. Source : La Presse, 24 juin 1976, p.1 et autres, 26 juin 1976, p.1, A17, D16, 28 juin 19876, p.A8, D7.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...