Début du festival Musicanada en Europe

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Parmi les compositeurs canadiens dont les oeuvres sont interprétées lors de cet événement figurent Robert Aitken, Harry Freedman, Jacques Hétu, R. Murray Schafer, Roger Matton, André Prévost, Gilles Tremblay, Brian Cherney, Serge Garant, Bruce Mather, Donald Steven, Micheline Coulombe Saint-Marcoux, Kelsey Jones, Jean Papineau-Couture, István Anhalt, Clifford Ford, Claude Vivier, Clermont Pépin et François Morel. Financés par le ministère des Affaires extérieures et le Conseil des Arts du Canada, les concerts ont lieu à la salle Gaveau de Paris, au Grand auditorium de la Maison de Radio France et à l’église Saint-John’s, Smith Square de Londres. Les oeuvres sont exécutées par l’Orchestre symphonique de la British Broadcasting Corporation, par le Nouvel orchestre philharmonique ainsi que par des ensembles canadiens dont le Quintette à vent du Québec et l’Ensemble de la Société de musique contemporaine du Québec. Selon Annick Poussart : « Il semble que la musique canadienne contemporaine ait surtout été perçue comme le reflet d’un milieu artistique créateur et libéral, milieu marqué davantage par les personnalités individuelles des compositeurs que par la préoccupation d’un style et d’une pensée caractéristiques d’une école nationale. » Parmi les compositeurs canadiens dont les oeuvres sont interprétées lors de cet événement figurent Robert Aitken, Harry Freedman, Jacques Hétu, R. Murray Schafer, Roger Matton, André Prévost, Gilles Tremblay, Brian Cherney, Serge Garant, Bruce Mather, Donald Steven, Micheline Coulombe Saint-Marcoux, Kelsey Jones, Jean Papineau-Couture, István Anhalt, Clifford Ford, Claude Vivier, Clermont Pépin et François Morel. Financés par le ministère des Affaires extérieures et le Conseil des Arts du Canada, les concerts ont lieu à la salle Gaveau de Paris, au Grand auditorium de la Maison de Radio France et à l’église Saint-John’s, Smith Square de Londres. Les oeuvres sont exécutées par l’Orchestre symphonique de la British Broadcasting Corporation, par le Nouvel orchestre philharmonique ainsi que par des ensembles canadiens dont le Quintette à vent du Québec et l’Ensemble de la Société de musique contemporaine du Québec. Selon Annick Poussart : « Il semble que la musique canadienne contemporaine ait surtout été perçue comme le reflet d’un milieu artistique créateur et libéral, milieu marqué davantage par les personnalités individuelles des compositeurs que par la préoccupation d’un style et d’une pensée caractéristiques d’une école nationale. » Source : Recherche effectuée dans le cadre du projet « Données sur l’histoire de la création musicale au Québec, 1940-2000 (chronologie et bibliographie) », un projet subventionné par le FCAR.
(citation extraite de) Annick Poussart, « Musicanada, présence de la musique canadienne contemporaine / A presentation of Canadian contemporary music », Encyclopédie de la musique du Canada, deuxième édition, Helmut Kalmann, Gilles Potvin et Kenneth Winters, dir., Montréal, Fides, 1993 (1982), p.2250.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...