Décès de l’ex-premier ministre du Canada, Wilfrid Laurier

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Comme le déclarera l’archevêque de Montréal, Mgr Paul Bruchési
, « Le peuple canadien s’est senti frappé au coeur par la mort de Sir Wilfrid Laurier
. » De fait, en plus d’avoir dirigé le pays entre 1896 et 1911, Laurier jouait encore un grand rôle sur la scène politique canadienne au moment de son décès, en 1919, puisqu’il était toujours à la tête du Parti libéral, formation qui constituait l’Opposition officielle à la Chambre des communes. Les messages de condoléances affluent vers la capitale nationale où le corps du défunt est exposé. La famille royale britannique et l’ex-président américain William Howard Taft font notamment parvenir à la famille de Laurier leurs témoignages d’estime. Le 22 février, jour des funérailles, plus de 50 000 personnes se massent le long des rues pour voir défiler le cortège qui va de la basilique Notre-Dame au cimetière du même nom. Cette journée de deuil national constitue un témoignage bien senti des Canadiens à l’endroit d’un des hommes politiques les plus importants de la jeune histoire de leur pays.Comme le déclarera l’archevêque de Montréal, Mgr Paul Bruchési
, « Le peuple canadien s’est senti frappé au coeur par la mort de Sir Wilfrid Laurier
. » De fait, en plus d’avoir dirigé le pays entre 1896 et 1911, Laurier jouait encore un grand rôle sur la scène politique canadienne au moment de son décès, en 1919, puisqu’il était toujours à la tête du Parti libéral, formation qui constituait l’Opposition officielle à la Chambre des communes. Les messages de condoléances affluent vers la capitale nationale où le corps du défunt est exposé. La famille royale britannique et l’ex-président américain William Howard Taft font notamment parvenir à la famille de Laurier leurs témoignages d’estime. Le 22 février, jour des funérailles, plus de 50 000 personnes se massent le long des rues pour voir défiler le cortège qui va de la basilique Notre-Dame au cimetière du même nom. Cette journée de deuil national constitue un témoignage bien senti des Canadiens à l’endroit d’un des hommes politiques les plus importants de la jeune histoire de leur pays. Source : La Presse, 18 février 1919, p.1 et 21, 21 février 1919, p.1 et 3, et 24 février 1919, p.1, 14 et 15.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...