Décès de la coureuse à pied Émilie Mondor

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Originaire de Mascouche, dans la région de Lanaudière, Mondor a défendu les couleurs du Canada lors de nombreuses compétitions internationales. Après s’être distinguée lors des championnats du monde junior de cross-country, elle devient en 2003 la première Canadienne à franchir les 5000 mètres en moins de 15 minutes. Reconnue comme une battante, Mondor a également pris part aux Jeux olympiques d’Athènes, en 2004, avant de voir sa progression hypothéquée par des blessures et des problèmes de santé. Revenue à la compétition à l’été 2006, elle projetait de participer au marathon de New York, en novembre 2006, lorsqu’elle perd la vie dans un accident de voiture sur la route 417, dans les environs de Hawkesbury. Ironie du sort, Émilie Mondor est décédée le jour de la tenue du marathon international de Montréal, un des événements majeurs de la saison d’athlétisme au Québec. Originaire de Mascouche, dans la région de Lanaudière, Mondor a défendu les couleurs du Canada lors de nombreuses compétitions internationales. Après s’être distinguée lors des championnats du monde junior de cross-country, elle devient en 2003 la première Canadienne à franchir les 5000 mètres en moins de 15 minutes. Reconnue comme une battante, Mondor a également pris part aux Jeux olympiques d’Athènes, en 2004, avant de voir sa progression hypothéquée par des blessures et des problèmes de santé. Revenue à la compétition à l’été 2006, elle projetait de participer au marathon de New York, en novembre 2006, lorsqu’elle perd la vie dans un accident de voiture sur la route 417, dans les environs de Hawkesbury. Ironie du sort, Émilie Mondor est décédée le jour de la tenue du marathon international de Montréal, un des événements majeurs de la saison d’athlétisme au Québec. Source : La Presse, 11 septembre 2006, p. A1 et S3 ; 16 septembre 2006, p. A7 et S9. Le Devoir, 11 septembre 2006, p. B4.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...