Décès du directeur de l’hôpital Saint-Charles Borromée de Montréal

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Cette nouvelle, qui avait défrayé les manchettes, avait incité le ministre de la Santé, Philippe Couillard, à faire intervenir son ministère dans le dossier. Le décès de Léon Lafleur donne toutefois une nouvelle dimension à cette controverse. Avant de s’enlever la vie, Lafleur a en effet écrit une lettre dans laquelle il met en relief les problèmes qui secouent le monde hospitalier. Une de ses remarques est dirigée à l’endroit du ministre Couillard : « Monsieur le ministre, j’aurais apprécié un coup de fil. Qui sommes-nous pour vous les d.g., ces gens que vous vous apprêtez à tasser pour brasser les structures, pour laisser votre marque ? » Rendue publique par les grands quotidiens de la province, cette lettre a un grand retentissement dans la population. Un rapport sur la situation des soins à l’hôpital Saint-Charles Borromée devrait être remis au ministre le 8 décembre. Cette nouvelle, qui avait défrayé les manchettes, avait incité le ministre de la Santé, Philippe Couillard, à faire intervenir son ministère dans le dossier. Le décès de Léon Lafleur donne toutefois une nouvelle dimension à cette controverse. Avant de s’enlever la vie, Lafleur a en effet écrit une lettre dans laquelle il met en relief les problèmes qui secouent le monde hospitalier. Une de ses remarques est dirigée à l’endroit du ministre Couillard : « Monsieur le ministre, j’aurais apprécié un coup de fil. Qui sommes-nous pour vous les d.g., ces gens que vous vous apprêtez à tasser pour brasser les structures, pour laisser votre marque ? » Rendue publique par les grands quotidiens de la province, cette lettre a un grand retentissement dans la population. Un rapport sur la situation des soins à l’hôpital Saint-Charles Borromée devrait être remis au ministre le 8 décembre. Source : Le Devoir, 29 novembre 2003, p.1, A10 et B5.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...