Déclenchement d’une grève à la Dominion Textile de Valleyfield

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Cet arrêt de travail, qui ne se terminera que le 4 juillet, est marqué par l’expulsion des leaders syndicaux Kent Rowley et Madeleine Parent
. Ceux-ci sont accusés par les dirigeants de leur centrale d’être communistes. En juillet, les employés des usines de Montréal et Valleyfield voteront à 3 600 sur 4 700 pour un retour au travail. Il accepteront de signer un nouvel accord qui octroie une augmentation salariale de 11 cents l’heure, un nouveau contrat de travail, une augmentation additionnelle de 2 cents l’heure pour les préposés à l’entretien et ouvriers spécialisés et un congé statuaire de sept jours au lieu de six.Cet arrêt de travail, qui ne se terminera que le 4 juillet, est marqué par l’expulsion des leaders syndicaux Kent Rowley et Madeleine Parent
. Ceux-ci sont accusés par les dirigeants de leur centrale d’être communistes. En juillet, les employés des usines de Montréal et Valleyfield voteront à 3 600 sur 4 700 pour un retour au travail. Il accepteront de signer un nouvel accord qui octroie une augmentation salariale de 11 cents l’heure, un nouveau contrat de travail, une augmentation additionnelle de 2 cents l’heure pour les préposés à l’entretien et ouvriers spécialisés et un congé statuaire de sept jours au lieu de six. Source : Le Devoir, 2 avril 1952, p.11, 5 juillet 1952, p.3.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...