Déclenchement d’une grève illimitée par la Fédération des infirmières et infirmiers du Québec

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

La FIIQ réclame un rattrapage salarial pouvant aller de 7 à 10 %. La ministre Pauline Marois a par ailleurs déclaré que le gouvernement était prêt à imposer toutes les sanctions prévues par la loi dans les cas de grève illégale. Selon elle : « Une grève illégale est inacceptable dans tous les secteurs de la société, et elle a des effets encore plus intolérables et difficiles dans le domaine de la santé puisque, dans les faits, ce sont les malades, qui ont besoin de soins, qui risquent d’en payer le prix. » Les sanctions prévues par la loi 160 comprennent entre autres des coupes salariales et la perte, pour les grévistes, d’années d’ancienneté, à raison d’une année par jour de grève. Il faudra attendre la fin du mois de juillet avant qu’un règlement ne soit adopté. La FIIQ réclame un rattrapage salarial pouvant aller de 7 à 10 %. La ministre Pauline Marois a par ailleurs déclaré que le gouvernement était prêt à imposer toutes les sanctions prévues par la loi dans les cas de grève illégale. Selon elle : « Une grève illégale est inacceptable dans tous les secteurs de la société, et elle a des effets encore plus intolérables et difficiles dans le domaine de la santé puisque, dans les faits, ce sont les malades, qui ont besoin de soins, qui risquent d’en payer le prix. » Les sanctions prévues par la loi 160 comprennent entre autres des coupes salariales et la perte, pour les grévistes, d’années d’ancienneté, à raison d’une année par jour de grève. Il faudra attendre la fin du mois de juillet avant qu’un règlement ne soit adopté. Source : Le Devoir, 26 juin 1999 p.A1.

Voir en ligne : http://bilan3.usherbrooke.ca/bilan/...