Défaite des Alouettes de Montréal en finale de la coupe Grey

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Pendant la première moitié de la saison 2006, les Alouettes s’imposent comme une des meilleures équipes de la Ligue canadienne de football (LCF). Les choses se gâtent toutefois par la suite et l’équipe doit même se ressaisir afin de remporter le championnat de la section Est. En cours de route, l’entraîneur Don Matthews a quitté ses fonctions le 5 octobre et a été remplacé par le directeur général Jim Popp. Ce dernier est à la barre lorsque les Alouettes remportent la finale de l’Est aux dépens des Argonauts de Toronto. En finale de la coupe Grey contre les redoutables Lions de la Colombie-Britannique, l’équipe connaît toutefois une première demie lamentable. Tirant de l’arrière tout au long de la rencontre, elle tente un retour en fin de partie mais s’incline finalement par le pointage de 25 à 14. À lui seul, le botteur des Lions, Paul McCallum, a réussi plus de points (18) que les Montréalais. Malgré une troisième participation en quatre saisons à la finale canadienne, les Alouettes laissent plusieurs de leurs admirateurs sur leur faim avec ce dénouement en queue de poisson. Le travail de la ligne offensive et celui du quart-arrière Antony Calvillo fait l’objet de plusieurs critiques, incitant les observateurs à croire que des changements pourraient bien être apportés à la formation pendant la saison morte. Pendant la première moitié de la saison 2006, les Alouettes s’imposent comme une des meilleures équipes de la Ligue canadienne de football (LCF). Les choses se gâtent toutefois par la suite et l’équipe doit même se ressaisir afin de remporter le championnat de la section Est. En cours de route, l’entraîneur Don Matthews a quitté ses fonctions le 5 octobre et a été remplacé par le directeur général Jim Popp. Ce dernier est à la barre lorsque les Alouettes remportent la finale de l’Est aux dépens des Argonauts de Toronto. En finale de la coupe Grey contre les redoutables Lions de la Colombie-Britannique, l’équipe connaît toutefois une première demie lamentable. Tirant de l’arrière tout au long de la rencontre, elle tente un retour en fin de partie mais s’incline finalement par le pointage de 25 à 14. À lui seul, le botteur des Lions, Paul McCallum, a réussi plus de points (18) que les Montréalais. Malgré une troisième participation en quatre saisons à la finale canadienne, les Alouettes laissent plusieurs de leurs admirateurs sur leur faim avec ce dénouement en queue de poisson. Le travail de la ligne offensive et celui du quart-arrière Antony Calvillo fait l’objet de plusieurs critiques, incitant les observateurs à croire que des changements pourraient bien être apportés à la formation pendant la saison morte. Source : La Presse, 20 novembre 2006, p. S1-S3.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...