Défaite des Alouettes de Montréal en finale de la coupe Grey

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Le public de Calgary a droit à une joute plutôt terne, les Alouettes se contentant de 299 verges à l’attaque contre seulement 199 pour leurs adversaires. Impuissant à déjouer la défensive des Eskimos, le quart Jimmy Jones est relevé par Sonny Wade qui effectue du bon travail en fin de partie. Menés 9 à 7, les Alouettes sont en bonne position pour remporter la victoire puisque avec 45 secondes à faire à la partie ils se retrouvent profondément en zone du Edmonton. Le quart Jimmy Jones, qui tient le ballon avant le botté, éprouve cepndant certaines difficultés à placer le ballon correctement. Résultat : Sweet rate sa tentative et les Alouettes n’obtiennent qu’un seul point. Sweet dira à ce sujet après la partie : « Je ne voudrais pas rejeter la faute sur qui que ce soit, mais le ballon n’était pas en bonne position lorsque je me suis approché pour botter. » Cette défaite empêche les hommes de Marv Levy de réaliser ce qu’aucune autre équipe montréalaise n’a accompli dans le passé : remporter deux coupes Grey consécutives. Le public de Calgary a droit à une joute plutôt terne, les Alouettes se contentant de 299 verges à l’attaque contre seulement 199 pour leurs adversaires. Impuissant à déjouer la défensive des Eskimos, le quart Jimmy Jones est relevé par Sonny Wade qui effectue du bon travail en fin de partie. Menés 9 à 7, les Alouettes sont en bonne position pour remporter la victoire puisque avec 45 secondes à faire à la partie ils se retrouvent profondément en zone du Edmonton. Le quart Jimmy Jones, qui tient le ballon avant le botté, éprouve cepndant certaines difficultés à placer le ballon correctement. Résultat : Sweet rate sa tentative et les Alouettes n’obtiennent qu’un seul point. Sweet dira à ce sujet après la partie : « Je ne voudrais pas rejeter la faute sur qui que ce soit, mais le ballon n’était pas en bonne position lorsque je me suis approché pour botter. » Cette défaite empêche les hommes de Marv Levy de réaliser ce qu’aucune autre équipe montréalaise n’a accompli dans le passé : remporter deux coupes Grey consécutives. Source : La Presse, 24 novembre 1975, p.1 et B2.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...