Défaite des Alouettes de Montréal en finale de la coupe Grey

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

C’est encore une fois l’offensive des Montréalais qui leur permet d’accéder à la finale nationale. En finale de l’Est, les Alouettes viennent en effet à bout des Tiger-Cats de Hamilton par le pointage de 78 à 62 au total de deux parties. La semaine suivante, ils font de nouveau face aux Eskimos d’Edmonton en finale de la coupe Grey. Cette fois, la partie a lieu au Varsity Stadium de Toronto. Les deux équipes sont à égalité 20 à 20 au troisième quart lorsque Joey Pal commet un échappé coûteux. Les champions de l’Ouest marqueront par la suite 25 points sans riposte, en route vers une victoire facile de 50 à 27. Du côté des Alouettes, Hal Patterson connaît un bon match avec deux touchés. Mais le quart Sam Etcheverry ne joue pas avec son brio habituel, ne réussissant que 15 de ses 38 passes en plus d’être victime de cinq interceptions. L’entraîneur Doug Walker dira à ce sujet : « Nous n’avons pas accordé une bonne protection à notre passeur. Nous avons échappé le ballon et ils ont profité de toutes nos erreurs, surtout en interceptant nos passes. » Ce triomphe est le troisième de suite des Eskimos en finale de la coupe Grey, un couronnement pour cette excellente équipe qui compte dans ses rangs Jackie Parker, Normie Kwong, Johnny Bright et Don Getty, un futur premier ministre de l’Alberta originaire du Québec. Pour leur part, les Alouettes devront attendre 1970 avant de retourner à la finale de la coupe Grey. À cette occasion, c’est Sam Etcheverry qui sera l’entraîneur de la formation montréalaise. C’est encore une fois l’offensive des Montréalais qui leur permet d’accéder à la finale nationale. En finale de l’Est, les Alouettes viennent en effet à bout des Tiger-Cats de Hamilton par le pointage de 78 à 62 au total de deux parties. La semaine suivante, ils font de nouveau face aux Eskimos d’Edmonton en finale de la coupe Grey. Cette fois, la partie a lieu au Varsity Stadium de Toronto. Les deux équipes sont à égalité 20 à 20 au troisième quart lorsque Joey Pal commet un échappé coûteux. Les champions de l’Ouest marqueront par la suite 25 points sans riposte, en route vers une victoire facile de 50 à 27. Du côté des Alouettes, Hal Patterson connaît un bon match avec deux touchés. Mais le quart Sam Etcheverry ne joue pas avec son brio habituel, ne réussissant que 15 de ses 38 passes en plus d’être victime de cinq interceptions. L’entraîneur Doug Walker dira à ce sujet : « Nous n’avons pas accordé une bonne protection à notre passeur. Nous avons échappé le ballon et ils ont profité de toutes nos erreurs, surtout en interceptant nos passes. » Ce triomphe est le troisième de suite des Eskimos en finale de la coupe Grey, un couronnement pour cette excellente équipe qui compte dans ses rangs Jackie Parker, Normie Kwong, Johnny Bright et Don Getty, un futur premier ministre de l’Alberta originaire du Québec. Pour leur part, les Alouettes devront attendre 1970 avant de retourner à la finale de la coupe Grey. À cette occasion, c’est Sam Etcheverry qui sera l’entraîneur de la formation montréalaise. Source : La Presse, 19 novembre 1956, p.30-34, 26 novembre 1956, p.38-39, 42-43.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...