Défaite dramatique des Alouettes de Montréal en finale de la coupe Grey

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

En 1954, les amateurs montréalais voient s’épanouir le talent de Sam Etcheverry, Hal Patterson, Joey Pal et Red O’Quinn, joueurs étoiles d’une des offensives les plus explosives de l’histoire du football canadien. En 14 rencontres, les hommes de Doug Walker obtiennent 11 victoires, marquant 341 points et n’en concédant que 148. Ces statistiques éloquentes font des Alouettes les favoris pour remporter la classique de la coupe Grey. Tous les yeux sont tournés vers le Varsity Stadium de Toronto, le dimanche 27 novembre 1954. Première surprise : les Eskimos d’Edmonton, champions de l’Ouest, se tiennent dans le sillage des Montréalais qui ne mènent que par quatre points (18-14) à la demie. Les 27 231 spectateurs assistent à un match corsé avant que les Alouettes ne donnent l’impression de prendre le contrôle de la situation au quatrième quart. Avec un peu plus de trois minutes à jouer, ils mènent 25-20 et ont possession du ballon dans le territoire des Eskimos. C’est alors que survient le jeu du match. Inexplicablement, le demi Chuck Hunsinger lance le ballon dans le dos du joueur de ligne Ray Cicia. Le geste n’échappe pas à Jackie Parker des Eskimos qui recouvre le ballon et court jusque dans la zone des buts des Alouettes. Ce jeu étrange sera déterminant dans l’issue d’une des plus grandes déceptions de l’histoire sportive montréalaise. Les Alouettes auront deux chances de venger cet échec lors des finales de 1955 et 1956. Ils tomberont cependant victimes à chaque fois de leur bête noire, les Eskimos d’Edmonton.En 1954, les amateurs montréalais voient s’épanouir le talent de Sam Etcheverry, Hal Patterson, Joey Pal et Red O’Quinn, joueurs étoiles d’une des offensives les plus explosives de l’histoire du football canadien. En 14 rencontres, les hommes de Doug Walker obtiennent 11 victoires, marquant 341 points et n’en concédant que 148. Ces statistiques éloquentes font des Alouettes les favoris pour remporter la classique de la coupe Grey. Tous les yeux sont tournés vers le Varsity Stadium de Toronto, le dimanche 27 novembre 1954. Première surprise : les Eskimos d’Edmonton, champions de l’Ouest, se tiennent dans le sillage des Montréalais qui ne mènent que par quatre points (18-14) à la demie. Les 27 231 spectateurs assistent à un match corsé avant que les Alouettes ne donnent l’impression de prendre le contrôle de la situation au quatrième quart. Avec un peu plus de trois minutes à jouer, ils mènent 25-20 et ont possession du ballon dans le territoire des Eskimos. C’est alors que survient le jeu du match. Inexplicablement, le demi Chuck Hunsinger lance le ballon dans le dos du joueur de ligne Ray Cicia. Le geste n’échappe pas à Jackie Parker des Eskimos qui recouvre le ballon et court jusque dans la zone des buts des Alouettes. Ce jeu étrange sera déterminant dans l’issue d’une des plus grandes déceptions de l’histoire sportive montréalaise. Les Alouettes auront deux chances de venger cet échec lors des finales de 1955 et 1956. Ils tomberont cependant victimes à chaque fois de leur bête noire, les Eskimos d’Edmonton. Source : Jeffrey Goodman, Huddling Up : The Inside Story of the Canadian Football League, Don Mills, Fitzhenny and Whiteside, 1981, 249 p.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...