Demande d’euthanasie par Nancy B.

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Nancy B. est atteinte du syndrome de Guillain-Barré, une maladie rare qui la garde complètement paralysée au département des soins intensifs de l’Hôtel-Dieu de Québec. Le juge Jacques Dufour, le plus expérimenté des juges de la Cour supérieure du Québec, rencontrera la jeune patiente avant de prendre une décision, ce qui constitue une première au Canada. Le 6 janvier 1992, le juge Dufour décrétera que le médecin de Nancy B. doit se rendre à la volonté de sa patiente et interrompre le traitement qui la tient artificiellement en vie. La Cour supérieure, dans un jugement retentissant, fera une nette distinction entre l’euthanasie et la fin du traitement que réclame la Nancy B.Nancy B. est atteinte du syndrome de Guillain-Barré, une maladie rare qui la garde complètement paralysée au département des soins intensifs de l’Hôtel-Dieu de Québec. Le juge Jacques Dufour, le plus expérimenté des juges de la Cour supérieure du Québec, rencontrera la jeune patiente avant de prendre une décision, ce qui constitue une première au Canada. Le 6 janvier 1992, le juge Dufour décrétera que le médecin de Nancy B. doit se rendre à la volonté de sa patiente et interrompre le traitement qui la tient artificiellement en vie. La Cour supérieure, dans un jugement retentissant, fera une nette distinction entre l’euthanasie et la fin du traitement que réclame la Nancy B. Source : La Presse, 29 novembre 1991 p. A1 et 7 janvier 1992 p. A5

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...