Démission de Brian Mulroney du poste de premier ministre du Canada

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Premier chef progressiste-conservateur à remporter deux élections générales consécutives (1984, 1988) depuis John Diefenbaker
, Mulroney a connu un deuxième mandat difficile, marqué par l’échec de l’Accord du lac Meech, le référendum sur l’Accord de Charlottetown et une augmentation soutenue de la dette publique. Peu explicite sur les projets qu’il entend résliser après son départ de la vie politique, l’homme de 54 ans se porte à la défense des réalisations de son gouvernement, au pouvoir depuis 1993 : « Qu’on soit d’accord ou non avec nos solutions, personne ne peut nous accuser d’avoir voulu échapper à nos responsabilités en esquivant les questions les plus controversées de notre temps. » C’est la ministre de la Défense, Kim Campbell
, qui le remplacera à la tête du pays.Premier chef progressiste-conservateur à remporter deux élections générales consécutives (1984, 1988) depuis John Diefenbaker
, Mulroney a connu un deuxième mandat difficile, marqué par l’échec de l’Accord du lac Meech, le référendum sur l’Accord de Charlottetown et une augmentation soutenue de la dette publique. Peu explicite sur les projets qu’il entend résliser après son départ de la vie politique, l’homme de 54 ans se porte à la défense des réalisations de son gouvernement, au pouvoir depuis 1993 : « Qu’on soit d’accord ou non avec nos solutions, personne ne peut nous accuser d’avoir voulu échapper à nos responsabilités en esquivant les questions les plus controversées de notre temps. » C’est la ministre de la Défense, Kim Campbell
, qui le remplacera à la tête du pays. Source : La Presse, 25 février 1993, p.A1-A7 et B1. L’Encyclopédie du Canada : édition 2000, Montréal, Stanké, 2000, p.1647-1648.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...