Démission de Françoise David de la Fédération des femmes du Québec

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Ses 30 ans de militantisme ont mené Françoise David de la Confédération des syndicats nationaux (CSN) au regroupement des centres de femmes du Québec, puis à la FFQ qu’elle a dirigée pendant sept ans. Elle quitte en disant mission accomplie. Durant son mandat, Françoise David a vu les membres de la FFQ augmenter considérablement. Les associations qui étaient de 100, à son arrivée, sont de 160 à son départ. Le nombre de membres individuels est quant à lui passé de 200 à 800. La Fédération des femmes du Québec, qui fête ses 35 ans en 2001, est dans l’obligation de se chercher une nouvelle présidente. C’est finalement Vivian Barbot, vice-présidente de la FFQ au moment de la démission de Françoise David, qui succédera à cette dernière.Ses 30 ans de militantisme ont mené Françoise David de la Confédération des syndicats nationaux (CSN) au regroupement des centres de femmes du Québec, puis à la FFQ qu’elle a dirigée pendant sept ans. Elle quitte en disant mission accomplie. Durant son mandat, Françoise David a vu les membres de la FFQ augmenter considérablement. Les associations qui étaient de 100, à son arrivée, sont de 160 à son départ. Le nombre de membres individuels est quant à lui passé de 200 à 800. La Fédération des femmes du Québec, qui fête ses 35 ans en 2001, est dans l’obligation de se chercher une nouvelle présidente. C’est finalement Vivian Barbot, vice-présidente de la FFQ au moment de la démission de Françoise David, qui succédera à cette dernière. Source : Le Devoir, 31 mai 2001, p.A1.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...