Démission de trois députés fédéraux du Québec

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Appelés à commenter cette décision, les trois députés déclarent ne pas pouvoir accepter une dilution des cinq conditions minimales obtenues par le Québec dans l’accord du lac Meech pour réintégrer la Constitution canadienne. À la suite de la démission de trois des leurs, les députés québécois du Parti progressiste-conservateur se rallient autour de leur chef, Brian Mulroney. Ce ralliement demeure cependant fragile, puisque plusieurs d’entre eux déclarent ouvertement que leur allégeance pourrait être remise en question advenant l’échec de l’accord du lac Meech.Appelés à commenter cette décision, les trois députés déclarent ne pas pouvoir accepter une dilution des cinq conditions minimales obtenues par le Québec dans l’accord du lac Meech pour réintégrer la Constitution canadienne. À la suite de la démission de trois des leurs, les députés québécois du Parti progressiste-conservateur se rallient autour de leur chef, Brian Mulroney. Ce ralliement demeure cependant fragile, puisque plusieurs d’entre eux déclarent ouvertement que leur allégeance pourrait être remise en question advenant l’échec de l’accord du lac Meech. Source : La Presse, 23 mai 1990 p. A1

Voir en ligne : http://www.bilan.usherbrooke.ca/bil...