Démission du président de Bell Canada Enterprises, Jean Monty

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Depuis que Monty a accédé à la présidence de BCE, celle-ci a fait une série d’acquisitions afin de se métamorphoser en une entreprise multimédia à croissance rapide. Au total, environ 13 milliards de dollars auraient été injectés notamment dans l’achat de Téléglobe, du réseau de télévision CTV, du quotidien Globe & Mail et du réseau de télévision TQS. Le prix a été jugé abusif par plusieurs analystes. Certaines de ces acquisitions ne s’avéreront pas à la hauteur des attentes, plaçant Monty au centre d’une controverse. L’annonce de son départ est d’ailleurs marquée par une hausse subite de l’action de BCE. Les avis restent tout de même plus nuancés quand à « l’héritage » laissé par l’ex-président, certains le qualifiant « d’oeuvre inachevée ».Depuis que Monty a accédé à la présidence de BCE, celle-ci a fait une série d’acquisitions afin de se métamorphoser en une entreprise multimédia à croissance rapide. Au total, environ 13 milliards de dollars auraient été injectés notamment dans l’achat de Téléglobe, du réseau de télévision CTV, du quotidien Globe & Mail et du réseau de télévision TQS. Le prix a été jugé abusif par plusieurs analystes. Certaines de ces acquisitions ne s’avéreront pas à la hauteur des attentes, plaçant Monty au centre d’une controverse. L’annonce de son départ est d’ailleurs marquée par une hausse subite de l’action de BCE. Les avis restent tout de même plus nuancés quand à « l’héritage » laissé par l’ex-président, certains le qualifiant « d’oeuvre inachevée ». Source : La Presse, 25 avril 2002, p.A1, A15, A16 et D1, D5.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...