Dépôt d’un rapport de recherches sur la langue d’enseignement

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Adoptée le 20 novembre 1969, la Loi 63 consacrait le principe de la liberté de choix dans la langue d’enseignement. Elle a été, et est toujours, fortement contestée par les francophones. Selon cette étude entreprise par le ministère de l’Éducation et réalisée par Sorecom en 1971 à la suite de l’adoption de cette loi, 4 042 écoliers de la région ont changé de langue d’enseignement. Environ 84,3 % d’entre eux ont opté pour le secteur anglophone. Selon les auteurs de l’étude : « pour la grande majorité des immigrants, l’anglais et le français sont liés à la protection de l’emploi, mais l’anglais exerce un attrait particulier. Les difficultées d’apprendre le français sont perçues comme un important facteur de changement du système francophone ou bilingue vers le système anglophone. » Cinq facteurs expliqueraient ce changement : l’importance de la langue pour le travail futur, les besoins de l’enfant, l’enrichissement culturel, le caractère bilingue du Québec et la valeur de l’enseignement.Adoptée le 20 novembre 1969, la Loi 63 consacrait le principe de la liberté de choix dans la langue d’enseignement. Elle a été, et est toujours, fortement contestée par les francophones. Selon cette étude entreprise par le ministère de l’Éducation et réalisée par Sorecom en 1971 à la suite de l’adoption de cette loi, 4 042 écoliers de la région ont changé de langue d’enseignement. Environ 84,3 % d’entre eux ont opté pour le secteur anglophone. Selon les auteurs de l’étude : « pour la grande majorité des immigrants, l’anglais et le français sont liés à la protection de l’emploi, mais l’anglais exerce un attrait particulier. Les difficultées d’apprendre le français sont perçues comme un important facteur de changement du système francophone ou bilingue vers le système anglophone. » Cinq facteurs expliqueraient ce changement : l’importance de la langue pour le travail futur, les besoins de l’enfant, l’enrichissement culturel, le caractère bilingue du Québec et la valeur de l’enseignement. Source : Le Devoir, 8 juillet 1972, p.1,6.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...