Dépôt du rapport Manley

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Le 12 octobre 2007, quelques jours avant le discours du trône, le premier ministre Stephen Harper annonce la création d’un groupe d’experts indépendant sur le rôle futur du Canada en Afghanistan. Il a pour mandat d’analyser les options qui s’offriront au terme du mandat de la mission canadienne en Afghanistan, en février 2009. Une partie de la population et les partis d’opposition souhaitent que la mission canadienne prenne fin à ce moment. À la suite d’une consultation publique et de l’étude de 219 mémoires, le groupe d’experts présidé par John Manley soumet son rapport le 22 janvier. Cinq recommandations générales sont retenues. Dans un premier temps, le groupe suggère l’adoption d’une position plus ferme de la part du Canada et de ses alliés envers l’Afghanistan et les acteurs régionaux. En second lieu, il recommande que le Canada continue à s’acquitter de ses responsabilités en matière de sécurité au-delà de février 2009, tout en respectant le mandat des Nations unies. La troisième recommandation concerne la réorientation du plan canadien de reconstruction et de développement de l’Afghanistan, de manière à ce qu’il fasse davantage place aux projets visant à répondre aux besoins du peuple afghan. Quatrièmement, le groupe recommande que le gouvernement procède à une évaluation systématique de l’efficacité des contributions du Canada. Enfin, il exprime le désir que le gouvernement informe la population canadienne de l’état de la mission sur une base régulière. Les trois partis d’opposition dénoncent ouvertement le rapport Manley, tout en réitérant fermement leurs positions. Le premier ministre maintient quant à lui sa volonté de présenter au Parlement une motion visant à prolonger la mission canadienne au-delà de février 2009. Le 12 octobre 2007, quelques jours avant le discours du trône, le premier ministre Stephen Harper annonce la création d’un groupe d’experts indépendant sur le rôle futur du Canada en Afghanistan. Il a pour mandat d’analyser les options qui s’offriront au terme du mandat de la mission canadienne en Afghanistan, en février 2009. Une partie de la population et les partis d’opposition souhaitent que la mission canadienne prenne fin à ce moment. À la suite d’une consultation publique et de l’étude de 219 mémoires, le groupe d’experts présidé par John Manley soumet son rapport le 22 janvier. Cinq recommandations générales sont retenues. Dans un premier temps, le groupe suggère l’adoption d’une position plus ferme de la part du Canada et de ses alliés envers l’Afghanistan et les acteurs régionaux. En second lieu, il recommande que le Canada continue à s’acquitter de ses responsabilités en matière de sécurité au-delà de février 2009, tout en respectant le mandat des Nations unies. La troisième recommandation concerne la réorientation du plan canadien de reconstruction et de développement de l’Afghanistan, de manière à ce qu’il fasse davantage place aux projets visant à répondre aux besoins du peuple afghan. Quatrièmement, le groupe recommande que le gouvernement procède à une évaluation systématique de l’efficacité des contributions du Canada. Enfin, il exprime le désir que le gouvernement informe la population canadienne de l’état de la mission sur une base régulière. Les trois partis d’opposition dénoncent ouvertement le rapport Manley, tout en réitérant fermement leurs positions. Le premier ministre maintient quant à lui sa volonté de présenter au Parlement une motion visant à prolonger la mission canadienne au-delà de février 2009. Source : La Presse, 10 novembre 2007, p. A18 ; 23 janvier 2008, p. A1. Le Devoir, 22 janvier 2008, p. A1.
http://www.pm.gc.ca/fra/media.asp?id=1970, 
http://www.independent-panel-independant.ca/pdf/Afghan_Report_web_f.pdf

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...