Dépôt du rapport du juge Louis Boyer sur le cinéma

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Document volumineux de quarante pages, le rapport Boyer tire les conclusions suivantes : « 1. Le désastre du « Laurier Palace » a été causé par le feu qui est le résultat de négligence d’un inconnu. 2. Les enfants de 16 ans même s’ils sont accompagnés ne devraient pas être admis. 3. Les spectacles du dimanche ne devraient pas être interdits. 4. La manière dont les lois ont été mises à exécution est généralement satisfaisante, mais il y aurait lieu à l’emploi de plus d’inspecteurs et la censure des affiches devrait être faite par le bureau de censure provincial et non par les autorités municipales. 5. Le cinéma, généralement n’est pas immoral. »Document volumineux de quarante pages, le rapport Boyer tire les conclusions suivantes : « 1. Le désastre du « Laurier Palace » a été causé par le feu qui est le résultat de négligence d’un inconnu. 2. Les enfants de 16 ans même s’ils sont accompagnés ne devraient pas être admis. 3. Les spectacles du dimanche ne devraient pas être interdits. 4. La manière dont les lois ont été mises à exécution est généralement satisfaisante, mais il y aurait lieu à l’emploi de plus d’inspecteurs et la censure des affiches devrait être faite par le bureau de censure provincial et non par les autorités municipales. 5. Le cinéma, généralement n’est pas immoral. » Source : Le Devoir, 30 août 1927, p.3.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...