Déroulement de quelques altercations entre hommes politiques

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Pressés par le chef de l’Union nationale, Maurice Duplessis, les libéraux, dirigés par le premier ministre Louis-Alexandre Taschereau, réagissent avec de plus en plus d’agressivité aux accusations qui pèsent sur leurs têtes. Des échanges d’insultes et quelques empoignades surviennent le 2 juin. L’incident le plus publicisé est celui qui implique l’ex-candidat libéral Fernand Choquette et le docteur Philippe Hamel, député de l’Action libérale nationale (ALN) dans la circonscription de Québec-Centre. Après une conversation qui se déroule près du vestiaire des députés, Hamel aurait décidé d’appuyer ses arguments en frappant son interlocuteur. La tension restera palpable pendant encore plusieurs jours. Le 11 juin, le premier ministre Taschereau remettra sa démission.Pressés par le chef de l’Union nationale, Maurice Duplessis, les libéraux, dirigés par le premier ministre Louis-Alexandre Taschereau, réagissent avec de plus en plus d’agressivité aux accusations qui pèsent sur leurs têtes. Des échanges d’insultes et quelques empoignades surviennent le 2 juin. L’incident le plus publicisé est celui qui implique l’ex-candidat libéral Fernand Choquette et le docteur Philippe Hamel, député de l’Action libérale nationale (ALN) dans la circonscription de Québec-Centre. Après une conversation qui se déroule près du vestiaire des députés, Hamel aurait décidé d’appuyer ses arguments en frappant son interlocuteur. La tension restera palpable pendant encore plusieurs jours. Le 11 juin, le premier ministre Taschereau remettra sa démission. Source : Le Devoir, 3 juin 1936, p.1.

Voir en ligne : http://www.bilan.usherbrooke.ca/bil...