Des mots, des vers

, par Jean-Louis Lessard

Jules Tremblay, Des mots, des vers, Montréal,
Beauchemin, 1911, 228 pages (Préface d’Alphonse Beauregard)

Beauregard insiste beaucoup dans
sa préface sur le caractère parnassien de sa poésie, notant que le
« je » du poète est presque absent. Il rappelle aussi que, pour
Tremblay (1879-1927), nous « n’avons pas de littérature nationale parce
qu’il nous manque une langue propre ».

Le recueil,

Voir en ligne : https://laurentiana.blogspot.com/20...