Détournement à bord d’un appareil de Québecair

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Le pilote de l’avion effectue un arrêt à Montréal afin de se ravitailler en carburant, avant le détournement vers Vancouver. Une des hôtesses réussit alors à convaincre le pirate de l’air de laisser descendre les passagers, ce qu’il accepte. Après quelques heures de discussion, le pirate accepte finalement de revenir à Montréal et de se rendre. Il sera le premier accusé de détournement d’avion au Québec, en vertu des modifications apportées au Code Pénal. Ce détournement aurait été l’oeuvre d’un desaxé, Larry Stanford, âgé de 21 ans. Ce chômeur qui travaillait auparavant à la Iron Ore Labrador City a exigé pour la libération de l’équipage la présence de son père et du Dr Cormier, un psychiatre.Le pilote de l’avion effectue un arrêt à Montréal afin de se ravitailler en carburant, avant le détournement vers Vancouver. Une des hôtesses réussit alors à convaincre le pirate de l’air de laisser descendre les passagers, ce qu’il accepte. Après quelques heures de discussion, le pirate accepte finalement de revenir à Montréal et de se rendre. Il sera le premier accusé de détournement d’avion au Québec, en vertu des modifications apportées au Code Pénal. Ce détournement aurait été l’oeuvre d’un desaxé, Larry Stanford, âgé de 21 ans. Ce chômeur qui travaillait auparavant à la Iron Ore Labrador City a exigé pour la libération de l’équipage la présence de son père et du Dr Cormier, un psychiatre. Source : Le Devoir, 15 décembre 1972, p.1,6.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...