Dévoilement des premiers programmes de réinsertion en emploi

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Le gouvernement du Québec estime que plusieurs jeunes sont sans emploi parce qu’il n’ont pas de diplômes ou parce qu’ils n’ont pas assez d’expérience. Les trois nouveaux programmes qui seront mis en place visent à contrer ce phénomène. Les assistés sociaux âgés de moins de 30 qui accepteront de retourner aux études, d’effectuer un stage en entreprise ou de travailler dans le secteur communautaire, recevront une allocation plus importante que les autres. Au total, 50 000 jeunes pourront participer à l’un ou l’autre des programmes annoncés. Le Québec va donc expérimenter pour la première fois les mesures de réinsertion en emploi. Il s’agit d’une avenue que le gouvernement continuera d’explorer tout au long des décennies 80 et 90.Le gouvernement du Québec estime que plusieurs jeunes sont sans emploi parce qu’il n’ont pas de diplômes ou parce qu’ils n’ont pas assez d’expérience. Les trois nouveaux programmes qui seront mis en place visent à contrer ce phénomène. Les assistés sociaux âgés de moins de 30 qui accepteront de retourner aux études, d’effectuer un stage en entreprise ou de travailler dans le secteur communautaire, recevront une allocation plus importante que les autres. Au total, 50 000 jeunes pourront participer à l’un ou l’autre des programmes annoncés. Le Québec va donc expérimenter pour la première fois les mesures de réinsertion en emploi. Il s’agit d’une avenue que le gouvernement continuera d’explorer tout au long des décennies 80 et 90. Source : Michel Poulin, « 50 000 jeunes visés par les nouveaux programmes de réinsertion sociale », Le Journal du travail, 6e année, no 3, avril 1984, p. 3.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...