Du poète chinois I Men (1907-1967)

, par Jean Provencher

François Cheng parle de son langage à la fois subtil et puissant, et d’une vision poétique très personnelle. « Dans les années 50, malgré ses contributions à la cause révolutionnaire, il fut l’objet de violentes critiques pour ses vues sur la création poétique. Il meurt dans le silence et la solitude, laissant de nombreux textes inédits. » […]

Voir en ligne : http://jeanprovencher.com/2016/12/0...