Échauffourée lors d’une conférence prononcée par Henri Bourassa

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Devant un auditoire de deux milles personnes, une dizaine de soldats en uniforme bradissant le drapeau de l’Union Jack et appellent au désordre en étouffant de leurs cris le discours de Henri Bourassa. « Wave the flag » hurlent-ils à celui-ci. Nullement intimidé, Bourassa répond : « Je suis prêt à agiter le drapeau britannique de la liberté, mais je ne ne me laisserai pas imposer par personne un acte ou une attitude. » Furieux, le meneur, suivi de ses acolytes, monte sur l’estrade et lance au visage de Bourassa : « Wave the flag ». Toujours d’un calme impavide, Bourassa s’exclame : « L’homme qui par menace et intimidation m’imposera un drapeau quelconque n’est pas encore né. » La scène ne dure que quelques minutes avant que les employés n’interviennent.Devant un auditoire de deux milles personnes, une dizaine de soldats en uniforme bradissant le drapeau de l’Union Jack et appellent au désordre en étouffant de leurs cris le discours de Henri Bourassa. « Wave the flag » hurlent-ils à celui-ci. Nullement intimidé, Bourassa répond : « Je suis prêt à agiter le drapeau britannique de la liberté, mais je ne ne me laisserai pas imposer par personne un acte ou une attitude. » Furieux, le meneur, suivi de ses acolytes, monte sur l’estrade et lance au visage de Bourassa : « Wave the flag ». Toujours d’un calme impavide, Bourassa s’exclame : « L’homme qui par menace et intimidation m’imposera un drapeau quelconque n’est pas encore né. » La scène ne dure que quelques minutes avant que les employés n’interviennent. Source : Le Devoir, 17 décembre 1914, p. 1.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...