Élection d’une première femme à la tête d’une nation autochtone au Canada

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Première femme à diriger une nation autochtone au Canada, Jocelyne Gros-Louis est la fondatrice et directrice générale, depuis 1979, du Centre d’amitié autochtone de Québec. La nouvelle venue sur la scène politique a récolté 303 voix contre 284 pour l’actuel Grand Chef, qui a annoncé son retrait de la politique active. Mme Gros-Louis s’est dit très heureuse de sa victoire et se sent prête à relever le défi qui se présente, soit remplacer un homme qui a dirigé la réserve durant un quart de siècle. « Le défi est grand. Mais avec l’équipe que j’ai, on va être capable d’assumer la responsabilité. » Max Gros-Louis, quoique fortement déçu, ne voit pas cette défaite comme un désaveu de sa politique, puisque le vote était très partagé. Selon lui, ce qui fait la différence, c’est plutôt l’arrivée sur la réserve des femmes qui ont récupéré, au cours des dernières années, le statut d’indien qu’elles avaient perdu en épousant un blanc. Deux femmes occupent déjà un poste de Chef de bande au Québec mais c’est la première fois qu’une femme est élue Grand Chef d’une nation.Première femme à diriger une nation autochtone au Canada, Jocelyne Gros-Louis est la fondatrice et directrice générale, depuis 1979, du Centre d’amitié autochtone de Québec. La nouvelle venue sur la scène politique a récolté 303 voix contre 284 pour l’actuel Grand Chef, qui a annoncé son retrait de la politique active. Mme Gros-Louis s’est dit très heureuse de sa victoire et se sent prête à relever le défi qui se présente, soit remplacer un homme qui a dirigé la réserve durant un quart de siècle. « Le défi est grand. Mais avec l’équipe que j’ai, on va être capable d’assumer la responsabilité. » Max Gros-Louis, quoique fortement déçu, ne voit pas cette défaite comme un désaveu de sa politique, puisque le vote était très partagé. Selon lui, ce qui fait la différence, c’est plutôt l’arrivée sur la réserve des femmes qui ont récupéré, au cours des dernières années, le statut d’indien qu’elles avaient perdu en épousant un blanc. Deux femmes occupent déjà un poste de Chef de bande au Québec mais c’est la première fois qu’une femme est élue Grand Chef d’une nation. Source : Le Devoir, 17 août 1992 p.2

Voir en ligne : http://bilan3.usherbrooke.ca/bilan/...