Élection de Jean Chrétien au poste de chef du Parti libéral du Canada

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Chrétien, qui succède au chef démissionnaire John Turner
, récolte 55 % des 4 668 votes exprimés. Il devance facilement ses principaux rivaux, Paul Martin et Sheila Copps, qui obtiennent respectivement 1 176 et 499 votes. Les prochains mois s’annoncent mouvementés pour le nouveau chef dont l’opposition à l’Accord du lac Meech ne fait pas l’unanimité, comme le démontrent les départs des députés libéraux Gilles Rocheteau et Jean Lapierre. Le ralliement de son principal opposant, Paul Martin, satisfait néanmoins le nouveau chef qui aborde la question constitutionnelle en affirmant : « Nous pouvons vivre avec les cinq conditions demandées par Québec (et prévues par l’Accord du lac Meech), mais nous offrirons de nouvelles solutions pour les prochaines élections. » Jean Chrétien mènera les Libéraux au pouvoir lors de l’élection générale du 25 octobre 1993. Chrétien, qui succède au chef démissionnaire John Turner
, récolte 55 % des 4 668 votes exprimés. Il devance facilement ses principaux rivaux, Paul Martin et Sheila Copps, qui obtiennent respectivement 1 176 et 499 votes. Les prochains mois s’annoncent mouvementés pour le nouveau chef dont l’opposition à l’Accord du lac Meech ne fait pas l’unanimité, comme le démontrent les départs des députés libéraux Gilles Rocheteau et Jean Lapierre. Le ralliement de son principal opposant, Paul Martin, satisfait néanmoins le nouveau chef qui aborde la question constitutionnelle en affirmant : « Nous pouvons vivre avec les cinq conditions demandées par Québec (et prévues par l’Accord du lac Meech), mais nous offrirons de nouvelles solutions pour les prochaines élections. » Jean Chrétien mènera les Libéraux au pouvoir lors de l’élection générale du 25 octobre 1993. Source : La Presse, 24 juin 1990, p.1 et A2. Le Devoir, 24 juin 1990, p.1 et A2.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...