Élection de Jean Doré à la mairie de Montréal

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Le parti que Doré dirige, le Rassemblement des citoyens et citoyennes de Montréal (RCM), obtient un triomphe éclatant en faisant élire 55 conseillers contre un seul pour le Parti civique (Germain Prégent), un indépendant (Nick Auf der Maur) et un pour l’Alliance démocratique. Informé du dévoilement des résultats et de l’ampleur de sa victoire, le nouveau maire déclare : « Je veux assurer la population que nous ne serons pas mesquins avec l’opposition. Nous lui ferons de la place pour assurer à Montréal une vie dynamique. » Le principal objectif de Doré en se faisant élire aux élections de 1986 est d’insuffler à Montréal un nouvel élan économique. Sa victoire, qui survient quelques mois après l’annonce de la retraite de l’ancien maire Jean Drapeau, marque le début de la fin pour le Parti civique qui, au cours des prochaines années, sera miné par les dissensions et les luttes internes.Le parti que Doré dirige, le Rassemblement des citoyens et citoyennes de Montréal (RCM), obtient un triomphe éclatant en faisant élire 55 conseillers contre un seul pour le Parti civique (Germain Prégent), un indépendant (Nick Auf der Maur) et un pour l’Alliance démocratique. Informé du dévoilement des résultats et de l’ampleur de sa victoire, le nouveau maire déclare : « Je veux assurer la population que nous ne serons pas mesquins avec l’opposition. Nous lui ferons de la place pour assurer à Montréal une vie dynamique. » Le principal objectif de Doré en se faisant élire aux élections de 1986 est d’insuffler à Montréal un nouvel élan économique. Sa victoire, qui survient quelques mois après l’annonce de la retraite de l’ancien maire Jean Drapeau, marque le début de la fin pour le Parti civique qui, au cours des prochaines années, sera miné par les dissensions et les luttes internes. Source : Le Devoir, 10 novembre 1986, p.1 et 8, La Presse, 10 novembre 1986, p.A1-A2, A6-A9.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...