Élection de Médéric Martin à la mairie de Montréal

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Même si l’enquête Cannon de 1909 sur l’administration de la ville de Montréal a accusé Martin de malversations des fonds publics, ce dernier remporte les élections avec 40 733 voix contre 35 169 pour son adversaire. Dès son arrivée au pouvoir, il réclame l’abolition du Bureau de contrôle. Mais l’opinion publique ne sera pas en faveur d’une telle décision. Au moment de son élection, Martin occupe déjà le poste de député de Sainte-Marie à la Chambre des communes. Sa victoire de 1914 marque le début d’un long règne qui s’étirera jusqu’en 1924. Martin sera ensuite élu une dernière fois à la mairie de Montréal en 1926. Même si l’enquête Cannon de 1909 sur l’administration de la ville de Montréal a accusé Martin de malversations des fonds publics, ce dernier remporte les élections avec 40 733 voix contre 35 169 pour son adversaire. Dès son arrivée au pouvoir, il réclame l’abolition du Bureau de contrôle. Mais l’opinion publique ne sera pas en faveur d’une telle décision. Au moment de son élection, Martin occupe déjà le poste de député de Sainte-Marie à la Chambre des communes. Sa victoire de 1914 marque le début d’un long règne qui s’étirera jusqu’en 1924. Martin sera ensuite élu une dernière fois à la mairie de Montréal en 1926. Source : Bibliothèque de la Législature, Répertoire des parlementaires québécois, 1867-1978, Québec, 1980, p.392.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...