Élection de Pierre Marc Johnson au poste de chef du Parti Québécois

, par Bilan du Siècle - Université de Sherbrooke

Au cours de cette lutte qui s’est faite au suffrage universel des membres, une première au Canada, six candidats se font la lutte. Il s’agit de Pierre Marc Jonhson, Pauline Marois, Jean Garon, Guy Bertrand, Francine Lalonde et Luc Gagnon. Bien préparé, entouré d’une solide équipe, Johnson enlève facilement la victoire en obtenant 56 925 votes, soit 58,7 % des suffrages exprimés. Seulement deux de ses adversaires réussissent à récolter plus de 10 % des voix : Pauline Marois (19,7 %) et Jean Garon (16,2 %). Le dévoilement des résultats a lieu à l’arèna Maurice-Richard, au cours d’une fin de semaine marquée notamment par une soirée tenue en l’honneur du chef sortant, René Lévesque. Titulaire de plusieurs portefeuilles dans les cabinets de René Lévesque, Johnson reçoit l’appui des candidats défaits. Certains affichent cependant des réticences à son endroit, déplorant entre autres son désir de ne pas placer le projet souverainiste au coeur de la prochaine campagne électorale. Fils de l’ex-premier ministre Daniel Johnson, Pierre Marc Johnson
sera assermenté au poste de premier ministre du Québec le 3 octobre. Il annoncera la tenue d’élections générales peu de temps après.Au cours de cette lutte qui s’est faite au suffrage universel des membres, une première au Canada, six candidats se font la lutte. Il s’agit de Pierre Marc Jonhson, Pauline Marois, Jean Garon, Guy Bertrand, Francine Lalonde et Luc Gagnon. Bien préparé, entouré d’une solide équipe, Johnson enlève facilement la victoire en obtenant 56 925 votes, soit 58,7 % des suffrages exprimés. Seulement deux de ses adversaires réussissent à récolter plus de 10 % des voix : Pauline Marois (19,7 %) et Jean Garon (16,2 %). Le dévoilement des résultats a lieu à l’arèna Maurice-Richard, au cours d’une fin de semaine marquée notamment par une soirée tenue en l’honneur du chef sortant, René Lévesque. Titulaire de plusieurs portefeuilles dans les cabinets de René Lévesque, Johnson reçoit l’appui des candidats défaits. Certains affichent cependant des réticences à son endroit, déplorant entre autres son désir de ne pas placer le projet souverainiste au coeur de la prochaine campagne électorale. Fils de l’ex-premier ministre Daniel Johnson, Pierre Marc Johnson
sera assermenté au poste de premier ministre du Québec le 3 octobre. Il annoncera la tenue d’élections générales peu de temps après. Source : Le Devoir, 30 septembre 1985, p.1-2, 4 et 8. L’Encyclopédie du Canada : édition 2000, Montréal, Stanké, 2000, p.1321.

Voir en ligne : http://bilan.usherbrooke.ca/bilan/p...